Accueil Opinions Éditos

Philippe, le Roi qui règne à l’ombre

Le souverain est autorisé à remplir une fonction mais sans que cela se voie vraiment.

Édito - Editorialiste en chef Temps de lecture: 2 min

Philippe, le Roi lisse ? C’est ce qu’on pourrait conclure de ses cinq premières années de règne qui n’ont été marquées par aucun excès ou expression saillante. Ce que certains pourraient déjà considérer comme un objectif atteint.

Le nouveau souverain marche sur une poutre étroite, autorisé à remplir une fonction mais sans que cela se voie vraiment, ou alors de façon cadrée et discrète. Comme si le mot d’ordre était : « Règne à l’ombre. »

Un chef d’Etat protocolaire ? Par bien des aspects, oui : son rôle politique est quasi inexistant et son influence, d’apparence. Mais ce serait injuste de le comparer avec ses prédécesseurs, que ce soit le très intervenant Baudouin, ou le très vibrant Albert II. Les circonstances actuelles sont en effet extrêmement différentes, car potentiellement explosives, avec une N-VA séparatiste et républicaine au gouvernement. Toute action ou prise de parole est soumise à une prudence de Sioux : surtout ne rien faire qui précipiterait la fin de la monarchie, ou celle de la Belgique.

À lire aussi Philippe et Mathilde ne sont plus majoritairement perçus comme modernes

La discrétion du Roi et son comportement, plus que jamais aligné sur celui du gouvernement, préservent les intérêts du Premier ministre Charles Michel, qui serait très embarrassé par des attitudes ou prises de position royales plus marquées. Même l’empathie est sous contrainte. Sous d’autres cieux, on aurait vu ou entendu le Roi s’exprimer avec enthousiasme et soutien envers la Plateforme citoyenne qui héberge les réfugiés du parc Maximilien. Et la seule allusion belgicaine autorisée semble devoir se limiter aux Diables rouges.

Coincé entre les difficultés du monde (et de l’Europe), l’équilibre d’un gouvernement sous haut contrôle nationaliste et les incartades de ses proches (Laurent, Delphine, les parents Albert et Paola), le couple royal peut juste exprimer cette volonté forcenée de servir l’image et l’économie du pays, mû par la volonté de bien faire autant que tétanisé par la peur de mal faire.

Le couple royal a atteint les nouveaux objectifs, extrêmement définis et limités, dans les prés carrés très convenus qui lui ont été fixés, avec une simplicité et une classe que, dans ce pays, on préfère à la flamboyance. Sur ce point, la monarchie fait l’unanimité. Ce qui, vu le contexte, est une sorte de prouesse.

On dit le Roi très attaché à des valeurs. De quoi se départir de l’extrême prudence actuelle si la configuration politique le lui dictait ? Le futur reste à écrire.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par Schurmans Jacques, dimanche 22 juillet 2018, 23:51

    Cet article est un exemple extraordinaire d"équilibrisme, de "je dis, mais je ne dis pas", de jésuitisme et de blabla. Sans doute obéit-t-il aux canons du pharaon montois; pouvez-vous transmettre à sa Majesté qu'on n'en a rien à cirer? Merci d'avance

  • Posté par Schurmans Jacques, dimanche 22 juillet 2018, 22:21

    Il règne à l'ombre? A l'ombre de qui? Des débris de la vieille Société Générale (Sur le pont, Davignon), de feu l'Union Minière ou de la défunte SABENA, etc? Tout le monde devine bien sûr qu'il n'a pas conçu son discours; et qu'il l'a ânonné 10 fois (ou plus) avant de le réciter en public. Mais peut-être a-t-il raison. Car, par ces fortes chaleurs...? Etonnant cependant de voir la très socialiste Mme Béatrice Belvaux entrer dans le jeu de la droite la plus réactionnaire; à quand un panégyrique de l'Opus Dei? Cohésion remarquable de la faucille, du marteau et du crucifix.

  • Posté par Monsieur Alain, dimanche 22 juillet 2018, 18:12

    Article aussi prudent que le sujet auquel il se rapporte :-))

  • Posté par Schurmans Jacques, dimanche 22 juillet 2018, 17:49

    A l'ombre? Il ne l'a jamais quittée. Pourvu qu'il y reste! J'ai regardé hier, pour la première fois, cette mascarade carnavalesque du 21 juillet. Grotesque. J'imaginais Stalopoutine et son ami Schroeder, ex chancelier socialiste allemand et ami de notre Flahaut, ex-ministre de la Défaite Nationale , regardant en rigolant notre glorieuse armée 14-18, dont ils ne feraient qu'une bouchée en fermant le robinet du gaz du nouveau gazoduc devant alimenter l'Europe.

  • Posté par Serge Vandeput, dimanche 22 juillet 2018, 9:50

    La distance entre les médias et la population Belge devient de plus en plus importante. Ces gens vivent sur une autre planète?

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Éditos

SNCB: à l’Etat de se montrer cette fois à la hauteur de son devoir d’actionnaire

Comment expliquer un tel abandon du chemin de fer ? L’actionnaire, l’Etat belge, trop souvent mû par les « équilibres » communautaires, partisans et politiques, n’a guère été à la hauteur, reportant souvent à plus tard la validation de grandes orientations. Le manque de gouvernance aussi a eu un impact néfaste dans une grande entreprise publique gangrenée par les conflits.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une