Accueil Monde France

Affaire Benalla : pourquoi Macron garde le silence

Le collaborateur du président français, qui a violemment frappé un manifestant le 1er mai, est en passe d’être licencié et a été placé en garde à vue. Pendant que la majorité, embarrassée, se démène à l’Assemblée et dans les médias pour éteindre le feu, Emmanuel Macron reste mutique.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe au service Monde Temps de lecture: 4 min

Il aura fallu 48 heures à l’Élysée pour céder à la pression politique et médiatique suite aux révélations fracassantes du « Monde ». Alexandre Benalla, adjoint au chef de cabinet du président de la République, surpris en train d’interpeller et de frapper deux manifestants le 1er mai, est en passe d’être licencié.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Dopchie Henri, dimanche 22 juillet 2018, 12:02

    Mais au nom de quoi les journalistes exigent-ils que le Président se manifeste?

  • Posté par Björn Deckers, samedi 21 juillet 2018, 13:27

    Cet affaire devient une affaire d'Etat. Le silence pesant d'Emmanuel Macron ressemble à la même, veine tentative de François Mitterrand de jouer la montre dans l'affaire du Rainbow Warrior. Il n'y aura pas d'échappatoire, et à ce stade, on ne saurait trop conseiller à Macron d'arrêter de jouer au "maître des horloges". Les Français veulent qu'il parle, qu'il s'explique et si à ce stade, il ne lui demande pas sa tête, il faut que les responsables soient désignés et sanctionnés. En particulier la question est à présent posée s'agissant de Gérard Collomb, c'est ainsi le ministre de l'Intérieur qui était mis au courant dès les 2 mai des agissements de A. Benalla et qui, ministre de l'Intérieur je rappelle, omet de faire état de ces agissements à la justice, une faute grave. Ensuite, le dit ministre de l'Intérieur, une fois que l'affaire éclate, fait mine de la découvrir en mentant à la représentation nationale. Au moins, Mitterrand disposait-il avec Laurent Fabius, d'un habile conseil qui pris dès les premières heures de l'affaire conscience du danger politique et exigea la tête de Charles Hernu. Emmanuel Macron lui ne pourra manifestement pas compter sur un premier ministre qui juge plus utile... d'être présent au tour de France! Enfin pour prendre un peu de hauteur, ceci sonne la fin de la fiction d'une république exemplaire et d'une présidence bienveillante. Non seulement Emmanuel Macron est "et de droite, et de droite", mais l'exemplarité ne sera pas au rendez-vous, les barbouzerie des SAC sont de retour, et la bienveillance pédestre cède le pas à la brutalité froide du bankster!

  • Posté par delpierre bernard, samedi 21 juillet 2018, 11:51

    Comme il y a un service d'ordre officiel pour la protection du président en charge , je serais curieux de connaître le montant moyen su salaire alloué, compte tenu du fait qu'ils prestent en fonction de l'agenda présidentiel, en comparaison des +- 10000 eur mensuels alloués à Benalla selon un journal non contredit à ce jour; de plus, je doute que chacun de ses hommes de confiance bénéficie d'un appartement de fonction (quai branly pour Benalla)) ainsi que d'un véhicule de fonction (super équipé). On peut en effet se demander quelles sont les raisons pour le chouchouter en plus des procédures habituelles et même d'oser le proposer pour un poste de sous-préfet (âge requis minimum 35 ans et il en a 26) accessible seulement à des candidats ayant passé avec succès un cursus universitaire...ou au moins l'examen d'entrée à l'ENA.

  • Posté par Monsieur Alain, samedi 21 juillet 2018, 9:32

    J'ai vu les images de Benalla, garde du corps privé, affublé d'insignes de police et intervenant dans des manifs. Et, tout à coup, ces images me rappellent celles des barbouzes du S.A.C de la 5ème République naissante ou encore celles des faux époux Turange sous F. Mitterand. La France ne se débarrassera-t-elle jamais de cette confusion des genres entre l'exercice d'un pouvoir légitime et l'usage d'une force qui ne l'est aucunement ?

  • Posté par Poels Jean-pierre, samedi 21 juillet 2018, 9:43

    Monsieur Alain, Et vous pensez réellement que les "barbouzes" n'existent qu'en France? Les pouvoirs // et illégitimes gouvernent ce Monde au même titre que les pouvoirs légitimes et ce depuis la nuit des temps! Et je compte très peu sur la presse pour nous en révéler TOUS les dessous!

Plus de commentaires

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs