Tour de France: «Je connaissais bien la montée finale mais elle m’a paru plus longue», explique Omar Fraile

Tour de France: «Je connaissais bien la montée finale mais elle m’a paru plus longue», explique Omar Fraile
Photo News

En principe, Omar Fraile devait travailler pour son leader Jakob Fugslang mais samedi, l’Espagnol a pu tenter sa chance. Déjà vainqueur d’une étape au Giro l’année dernière, il en compte désormais aussi une au Tour. «  C’est un jour incroyable pour moi », a déclaré le coureur Astana.

«  C’est ma première sélection pour le Tour de France. C’est déjà une victoire en soi. J’ai vraiment été impressionné par la grandeur de cette course pendant les premiers jours. Fuglsang est notre leader et normalement, je dois travailler pour l’équipe. Mais nous avions épinglé quelques étapes qui pouvaient être un objectif et celle de Mende en était une. Alors j’ai eu carte blanche parce qu’elle me convenait », a expliqué Fraile.

Jasper Stuyven a entamé la dernière montée avec un bonus de 1 : 35. Après une attaque de Thomas De Gendt, Fraile n’a pas attendu trop longtemps avant de placer son offensive. «  Je savais que Stuyven avait dépensé beaucoup d’énergie sur le plat. Il avait fait une longue échappée. J’avais de bonnes jambes et je savais que si on arrivait à maintenir l’avantage de Stuyven en dessous de deux minutes, la victoire était envisageable. Dans la montée, il y avait beaucoup de vent de face. J’étais assez confiant pour le reprendre. J’ai décidé de me mettre en chasse dès le pied de la montée. C’est ma plus belle victoire, c’est incroyable. J’avais bien étudié la montée finale, que je connaissais pour l’avoir effectuée par exemple lors du Tour du Gévaudan 2016. Mais elle m’a paru encore plus longue que les fois précédentes ! ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous