Affaire Benalla: devant l’Assemblée, le ministre français de l’Intérieur charge l’Elysée

Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb s’est défendu lundi matin de tout manquement personnel dans la gestion de l’affaire Benalla, lors d’une audition cruciale à l’Assemblée nationale, alors qu’Emmanuel Macron a promis la « vérité » en espérant éteindre la plus grave crise politique du quinquennat.

Les vidéos montrant Alexandre Benalla, un proche collaborateur du chef de l’Etat, en train de frapper et malmener des manifestants le 1er mai à Paris alors qu’il accompagnait les forces de l’ordre en tant qu’« observateur » (mais avec brassard et casque de policier), ne cessent d’avoir des répercussions politiques, allant jusqu’à paralyser l’Assemblée.

Entendu depuis 10h par la commission des Lois de l’Assemblée transformée en commission d’enquête, le ministre de l’Intérieur, s’est défendu vigoureusement dans un propos liminaire, avant d’être soumis au feu nourri des questions des députés.

Informé le lendemain

Gérard Collomb a affirmé avoir été informé le lendemain des faits par son cabinet de l’existence de la vidéo sur laquelle on voit Alexandre Benalla frapper et malmener deux manifestants.

Mais il a estimé que ce n’était pas à lui de saisir la justice de ces actes violents, qu’il a de nouveau condamnés «  avec la plus grande fermeté ».

«  Ce n’est pas au ministre qu’il appartient de le faire. (…) Je considère que c’est à ceux qui sont en responsabilité dans leurs administrations, au plus près du terrain, de recueillir les éléments permettant de justifier la transmission d’un signalement au titre de l’article 40 » du code de procédure pénale, a-t-il déclaré.

«  Je m’étais assuré le 2 mai que, tant le cabinet du président de la République que la préfecture de police, avaient été destinataires de l’information de la vidéo mettant en cause M. Benalla. Il leur appartenait donc d’agir. C’est la règle pour tous les manquements », a fait valoir M. Collomb.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous