Pro League: le défenseur Dorian Dervite rejoint le Sporting de Charleroi

Edition numérique des abonnés
Photo News

Charleroi a annoncé lundi l’arrivée du Français Dorian Dervite. Ce défenseur central de 29 ans, 1m92, a signé un contrat portant sur deux saisons, avec option.

Dorian Dervite bénéficie d’une transfert libre. Il évoluait ces quatre dernières saisons à Bolton Wanderers en division 2 anglaise.

Les Carolos entament leur championnat dimanche (18h00) face à l’Antwerp.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Un élément aggravant est lié àl a mobilité
; 35
% de ceux qui trouvent le trajet domicile-travail stressant affirment avoir une consommation d’alcool trop élevée.

    Travail, stress et alcool: un cocktail plus détonant que jamais

  2. POLITICS FEDERAL GOVERNMENT MICHEL TO KING

    Après un mois de crise, le Roi reprend la main

  3. BRUSSELS CITYHALL HOCKEY RED LIONS WORLD CHAMPION

    Les Red Lions au balcon, et toujours sur leur petit nuage…

Chroniques
  • Gilets jaunes: et maintenant on fait les comptes

    Il y a trois semaines, partout où je passais, tout le monde se voulait «gilet jaune».

    Le dernier week-end, au fil de mes pérégrinations, je n’ai rencontré que des anti-«gilets jaunes».

    Il y a trois semaines, des journaux comme Le Figaro ou Le Monde avaient revêtu des gilets jaunes. Ce lundi, sur leurs sites internet, leurs lecteurs respectifs, pour des raisons d’ailleurs opposées, se déchaînent contre les « gilets jaunes ».

    Ainsi risque-t-on de passer d’un extrême à l’autre. Hier, on a outrageusement surévalué et idéalisé un mouvement qui, dans les rues, n’a jamais atteint la dimension qu’on a feint de lui prêter et qui, surtout, comme Christiane Taubira l’a fort bien exprimé dans le Journal du Dimanche, charriait le sublime et l’abject, la chaleur de l’être ensemble et la fureur de l’exclusion de l’autre, le refus de niveaux de vie faisant honte à la vie et l’enfermement dans des bulles de haine...

    Lire la suite

  • Une évaluation qui marie bienveillance et exigence

    Le temps. Tout le monde, ou presque, court après le temps. L’école n’échappe à la règle. Engoncée dans des rythmes scolaires archaïques, l’institution s’offre du 1er septembre au 30 juin une course contre la montre délétère pour les élèves et pour les professeurs. C’est que, mon bon monsieur, l’école est un éternel recommencement : il faut voir de la matière, faire des contrôles périodiques, les compléter par des bilans réguliers, y ajouter les sessions d’examens semestrielles… Objectif : produire des points pour remplir les...

    Lire la suite