Accueil Économie Mobilité

Les enjeux de la grève chez Ryanair les 25 et 26 juillet

Trop tard pour éviter la grève de mercredi et jeudi. Ryanair semble ne pas avoir saisi l’ampleur du mouvement ni le poids du symbole. Devenue première compagnie d’Europe, elle voudrait encore pouvoir jouer au pirate social.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 6 min

La grève du personnel de cabine de la compagnie aérienne Ryanair, mercredi et jeudi, est inévitable. La marche arrière est impossible, explique un syndicaliste : après avoir tant fait pour motiver les gens, l’annuler serait visiblement très mal vécu et encore plus mal perçu. On a l’impression que la compagnie irlandaise ne s’est rendu compte de la réalité potentielle de cette grève de deux jours dans trois pays (Belgique, Espagne, Portugal) que très tardivement, et que, depuis, elle tente de tout faire pour l’enrayer. Tout d’abord en communiquant, tardivement et assez maladroitement, sur un de ses thèmes favoris : « ce n’est pas de notre faute, nous sommes ouverts au dialogue social ». De l’autre en recrutant des équipages en Allemagne ou en Pologne pour tenter d’assurer les vols prévus. Une méthode dénoncée par la CNE qui « 

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Rene Jadoul, mardi 24 juillet 2018, 10:24

    Je suis surpris de l'attitude de la FGTB, qui "regarde en spectateur", elle qui est si prompte à soutenir à torts er à travers les grèves ( TEC, SNCB etc). Je ne suis pas "gréviculteur" mais je comprends et soutiens les grèves du personnel de Ryanair soumis à des pressions et conditions sociales inadmissibles et d'un autre âge. Je pense aussi qu'il est plus que temps que l'Europe soit aussi une Europe sociale. Il devrait y avoir un droit social européen de base qui s'appliquerait dans tous les pays d'Europe.

  • Posté par Blaise Alain, mardi 24 juillet 2018, 12:20

    L'Europe a été crée pour les entreprises, multi-nationales et autres. Je n'ai jamais cru à une Europe sociale lors de sa création. Au fil des années, j'en suis de plus en plus convaincu.

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs