Accueil Économie Finances

Budget fédéral: ce que contient l’accord du gouvernement

L’accord inclut le budget 2019, le « deal pour l’emploi », l’indemnisation des coopérants d’Arco, à laquelle est liée la privatisation partielle de Belfius, ainsi que la venue d’un 4e opérateur mobile sur le marché des télécoms en Belgique.

Temps de lecture: 3 min

Le gouvernement réuni en comité restreint est parvenu à boucler un accord dans la nuit de lundi à mardi. «  Agreement » a tweeté le Premier ministre Charles Michel un peu avant 1h. L’accord inclut le budget 2019, le « deal pour l’emploi », l’indemnisation des coopérants d’Arco, à laquelle est liée la privatisation partielle de Belfius, ainsi que la venue d’un 4e opérateur mobile sur le marché des télécoms en Belgique.

Une conférence de presse était organisée par le gouvernement fédéral afin de revenir sur chaque point en détails.

« Jobs deal »

Le deal pour l’emploi comprend la fin de la prépension à 56 ans en cas de restructuration : l’âge passera à 59 ans en 2019 et à 60 ans en 2020. Les conditions de carrière minimales sont portées de 40 à 41 ans au premier janvier 2019.

À lire aussi Crédit-temps, barèmes, prépensions: ce qui va changer après le jobs deal

Le gouvernement est également parvenu à un accord sur l’augmentation de la dégressivité des allocations de chômage. Cette mesure n’est pas intégrée comme telle dans le « jobs deal », mais elle a clairement pour objectif d’inciter les demandeurs d’emploi à retrouver rapidement du travail.

À lire aussi La suédoise veut accélérer la dégressivité du chômage: les clés pour comprendre

Le gouvernement devait trouver 2,6 milliards d’euros pour boucler son budget 2019. Le deal pour l’emploi permettra de dégager une partie de cette somme, ajoutait-on.

Arco-Belfius

Le gouvernement est également arrivé à un accord pour l’indemnisation des coopérants d’Arco : un fonds de 600 millions d’euros va être mis en place. L’accord ouvre la voie à la mise en Bourse de 30 % du capital de Belfius. Problème : l’Europe a déjà recalé une manœuvre (quasi) similaire, la qualifiant d’aide d’Etat. A priori, l’opération s’annonce donc périlleuse.

À lire aussi Belfius-Arco: 550 millions de dédommagements pour les coopérateurs

Venue d’un 4e opérateur mobile

Le gouvernement fédéral a décidé d’ouvrir la possibilité à un quatrième opérateur mobile. Si un quatrième opérateur télécom veut se lancer en Belgique, il pourra dans un premier temps utiliser les réseaux existants de Telenet, Proximus et Orange via un système de «roaming national», a confirmé mardi le cabinet du ministre des Télécommunications Alexander De Croo. Le gouvernement s’est accordé dans la nuit de lundi à mardi sur la vente aux enchères de bandes de fréquences à un quatrième opérateur de téléphonie mobile en 2019.

Proximus déplore cette décision qui «permettra à un nouvel opérateur d’entrer sur le marché belge à des conditions disruptives».

Soins de santé

Le budget inclura une solution en matière de soins de santé pour les médicaments innovants. Leur succès inattendu a mené à un dépassement budgétaire de 500 millions d’euros, dont 300 millions pour le traitement du cancer. La ministre Maggie De Block avait exclu que les patients souffrant d’un cancer ne puissent bénéficier de ces traitements. Un montant de 200 millions d’euros a donc été dégagé, le secteur pharmaceutique s’engageant pour les 100 millions supplémentaires. Les 200 millions restants seront compensés par d’autres mesures.

Le tax-shift

Grâce au tax-shift, 1,5 milliard d’euros a été mobilisé pour soutenir le travail en 2019. C’est un stimulus très importants pour les investissements privés, selon Johan Van Overtveldt, ministre des Finances.

Le remplacement des F-16 ne fait en revanche pas partie de l’accord. «  Pas à l’ordre du jour, on suit la procédure », a-t-on commenté.

A l’issue d’une journée consacrée à des contacts bilatéraux, les ministres étaient réunis depuis 18h00 au château de Val Duchesse.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Lambert Charles, mercredi 25 juillet 2018, 10:21

    Pour le remplacement des F16, que le gouvernement cesse de tergiverser. La décision, au nom de la coopération, de la complémentarité, de l'efficacité etc ... entre Etats membres de l'OTAN, a déjà été prise pour nous par les Hollandais. Luc Gennart a d'ailleurs plaidé en ce sens. Décidément, nous sommes menés par le bout du nez par D. Trump et tous les dirigeants européens qui lui font risette!

Sur le même sujet

Aussi en Finances

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière