Accueil Monde Europe

Femen: la co-fondatrice du mouvement retrouvée morte à Paris

Oksana Chatchko, 31 ans, pionnière du mouvement Femen, s’est probablement suicidée à Paris. Cette icône radicale ukrainienne a renouvelé le féminisme européen ces dernières années.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Depuis Kiev,

C’était les comploteuses du Kupidon. Quatre femmes en guerre, en Ukraine, avant l’heure. Elles intriguaient les clients, ces silhouettes effilées, se faufilant entre les tables de ce café bohème de Kiev. Masquée derrière son écran, Anna Goutsol, le cerveau du mouvement Femen, imaginait de nouvelles cibles. Venaient au rapport : Inna Chevtchenko, recrue déjà très médiatique, le petit soldat Sacha Chevtchenko. Et puis Oksana Chatchko, l’âme du groupe.

C’était en 2011, année de l’ascension des Femen, dans une époque à Kiev qui ressemble déjà à de la préhistoire plus post-soviétique, plus pesante. Le président pro-russe Viktor Ianoukovitch sombrait dans un autoritarisme surtout destiné à nourrir son clan mafieux depuis les caisses de l’Etat. Dans cette « entre-révolutions » fleurissait un patriarcalisme de mauvais goût, tendance oligarchique, esthétique toc, saupoudré d’encens par l’Eglise orthodoxe.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs