Tour de France: Philippe Gilbert souffre d’une fracture de la rotule gauche

Tour de France: Philippe Gilbert souffre d’une fracture de la rotule gauche

Philippe Gilbert souffre d’une fracture de la rotule gauche suite à sa chute spectaculaire survenue dans la descente du Col du Portet d’Aspet, mardi, durant la 16e étape du Tour de France. C’est ce que son équipe Quick-Step Floors a annoncé mardi soir.

Gilbert est passé au-delà d’un muret dans la descente du Col du Portet d’Aspet, alors qu’il était en tête de la course. Il a réussi à se relever et à repartir jusqu’à l’arrivée. Il est même monté sur le podium pour recevoir le Prix du Combatif du jour. Une fois l’adrénaline disparue, la douleur s’est intensifiée, incitant le coureur à aller passer une IRM.

« Malheureusement, l’examen complémentaire effectué à l’hôpital de Toulouse a révélé que Gilbert a subi une fracture sur le pôle latéral de sa rotule gauche  », a indiqué la formation belge.

« Avant toute chose, je veux dire que je suis heureux d’être ici après ce moment difficile », a commenté Gilbert sur le site de son équipe. « J’ai atterri assez durement sur des pierres, et, au début, je ne voulais pas bouger. Mais quelqu’un de Mavic (qui assure l’assistance sur le Tour, ndlr) est venu et m’a aidé à me lever et à remonter ce ravin. Ce n’est pas la manière dont je voulais terminer le Tour, le quitter de la sorte fait vraiment mal. »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite