Incendies en Grèce: les pompiers recherchent toujours des personnes bloquées

© AFP
© AFP

Les pompiers poursuivaient mercredi les recherches de personnes bloquées dans des maisons ou des voitures carbonisées aux environs de stations balnéaires de Mati et de Rafina, à l’est d’Athènes, ravagées par des incendies qui ont fait au moins 74 morts et 187 blessés, selon un dernier bilan officiel.

Qualifié de « tragédie nationale » par les médias du pays, le désastre s’est produit lundi après-midi : le feu éclaté sur le mont proche de Pendeli attisé par des vents de 100 km/h s’est rapidement propagé et a envahi Mati, à 40 km d’Athènes, brûlant des centaines d’habitations.

Les résidents ont fui en panique en direction de la plage proche où plusieurs d’entre eux ont dû rester plus d’une heure dans l’eau pour se sauver.

Le pays était sous le choc de découvertes macabres mardi, en particulier celle sur le même terrain de 26 personnes carbonisées dont des « petits enfants ».

Incertitude sur le nombre de disparus

« Je crains qu’il y ait d’autres victimes et de disparus, surtout des personnes âgées », s’est confié un conseiller municipal de Rafina, Myron Tsagarakis.

Mardi soir, le gouvernement n’avait pas publié le nombre des disparus.

Ces incendies en Grèce pourraient ainsi dépasser en victimes ceux ayant tué 77 personnes en 2007.

Sur un total de 187 personnes hospitalisées, 82 restaient soignées mardi soir dont dix sont dans un état sérieux et 11 enfants dont l’état n’inspirait pas d’inquiétude.

Un Belge figurait parmi les victimes, selon Didier Reynders, le ministre belge des Affaires étrangères ainsi qu’une Polonaise et son fils, selon Varsovie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. FILES-GERMANY-POLITICS-CABINET

    Présidence de la Commission européenne: le moment de vérité pour von der Leyen

  3. ©News

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite