Accueil Monde États-Unis

«L’Union européenne va acheter immédiatement beaucoup de soja», se vante Trump (vidéo)

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le président américain Donald Trump sont parvenus à un accord désamorçant des mois de conflit commercial.

Temps de lecture: 3 min

Donald Trump et le chef de l’exécutif européen Jean-Claude Juncker ont désamorcé mercredi la crise née des tarifs douaniers imposés par les États-Unis, annonçant une série de décisions dans l’agriculture, l’industrie et l’énergie dont la portée exacte reste cependant à confirmer.

« Un grand jour »

Selon une source européenne, aucun nouveau tarif douanier ne sera imposé sur les importations de voitures européennes aux États-Unis, un dossier particulièrement sensible pour l’Allemagne.

À lire aussi Commerce: ce que dit l’accord Trump-Juncker

Parlant d’un « grand jour » pour le libre-échange, le président américain a évoqué, depuis les jardins de la Maison Blanche, une « nouvelle phase » dans les relations entre Washington et Bruxelles après des mois de mises en garde et de menaces des deux côtés de l’Atlantique.

Mettant en avant leur volonté commune d’aller, à terme, vers la suppression totale des tarifs douaniers dans leurs échanges industriels, exception faite du secteur automobile, il a assuré que l’Union européenne allait commencer « presque immédiatement » à acheter « beaucoup de soja » aux producteurs américains. Il a par ailleurs promis de revoir la question des tarifs douaniers américains sur l’acier et l’aluminium européen, qui avait mis le feu aux poudres.

L’Union européenne et les États-Unis « s’aiment »

Dans la soirée, M. Trump a publié sur Twitter une photo des deux hommes s’embrassant, assurant que «  de toute évidence », l’UE et les États-Unis « s’aiment ».

Qualifié par le passé par le président américain d’homme « très intelligent » mais aussi «  très dur », le dirigeant européen a évoqué mercredi « un renforcement de la coopération sur l’énergie ».

Le milliardaire républicain a par ailleurs annoncé que les États-Unis et l’Union européenne allaient travailler de concert afin de réformer l’Organisation mondiale du Commerce (OMC), évoquant en particulier, la Chine dans le viseur, le vol de propriété intellectuelle et le transfert forcé de technologies.

« Nous allons travailler étroitement ensemble avec des partenaires partageant nos idées pour réformer l’OMC et s’attaquer au problème de pratiques commerciales déloyales incluant le vol de la propriété intellectuelle, le transfert forcé de technologies, les subventions industrielles, les distorsions créées par les entreprises d’État et la surcapacité », a déclaré le président américain.

Le parti républicain sceptique

Mais l’approche est loin de faire l’unanimité dans le camp républicain, traditionnellement favorable au libre-échange.

« Je ne pense pas que les tarifs douaniers soient la bonne réponse », avait lâché mardi le chef des républicains à la Chambre des représentants, Paul Ryan.

À lire aussi Juncker a réussi sa mission impossible chez Trump

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Vandegaer Henri, jeudi 26 juillet 2018, 12:04

    Je lis dans la presse Américaine U.S. President Donald Trump has secured concessions from the European Union to avoid a trade war, The EU has agreed to import more soybeans, lower industrial tariffs, and buy more liquefied natural gas exports, the report said. Peut-il faire tant de concessions sans l’accord explicite des pays Européens. La bouteille n’était probablement pas très loin !!!! Et je ne lis pas ça dans nos journaux.

  • Posté par Poels Jean-pierre, jeudi 26 juillet 2018, 14:25

    Explication très simple => Trump et Junker n'ont pas le même service de presse. A chacun sa version et de préférence la + favorable possible en sa propre faveur!

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une