Accueil Belgique Politique

Fin du cumul des jours de maladie pour les fonctionnaires

Ils avaient droit à 21 jours de maladie par an, contre 30 dans le secteur privé. Mais contrairement au privé, les fonctionnaires pouvaient les cumuler d’année en année. Avec l’accord gouvernemental de mardi, c’est fini.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Politique Temps de lecture: 3 min

C’est une mesure passée quelque peu inaperçue dans l’accord gouvernemental de ce mardi. Les fonctionnaires ne pourront plus cumuler les jours de maladie. Actuellement, les agents de la fonction publique évoluant sous statut (à l’exclusion donc des contractuels) ont droit à 21 jours de congé de maladie par an, en gardant leur salaire payé à 100 %. Après ce délai, les fonctionnaires souffrants touchent 60 % de leur salaire. Ces 21 jours sont cumulables d’année en année. Cela signifie qu’un fonctionnaire qui n’est pas malade une année bénéficie de 42 jours de maladie à 100 % du salaire l’année suivante.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

44 Commentaires

  • Posté par Lambert Guy, dimanche 29 juillet 2018, 14:05

    Donc, si je comprends bien, ce sera 30 jours pour tout le monde SANS PERTE DE SALAIRE.

  • Posté par Dereve Jean, samedi 28 juillet 2018, 16:25

    Je suis fonctionnaire en fin de carrière et je connais donc les 2 régimes, Public et Privé. Lorsque je prendrai ma pension, j'aurai œuvré de manière équitable dans chacun des régimes. Je vois ici que le Gouvernement en place arrive encore une fois à stigmatiser les fonctionnaires et oppose le secteur privé à celui du public avec la fin du cumul des jours de maladie dans la Fonction Publique. Une grande majorité de personnes qui n'a connu que le secteur privé prend l'ensemble des fonctionnaires pour des paresseux et des profiteurs. C'est absoluement FAUX. J'ai commencé ma carrière dans un ancien Ministère, 2 ans ou je gagnais 24000 BEF/NETS/MOIS avant de prendre la direction du privé, Inspecteur pour une compagnie d'assurances et gagner du jour au lendemain 74000 BEF/NETS/MOIS plus une voiture de société, un 13ième fois et un bonus de fin d'année pour la réalisation d'objectifs. Je bénéficiais en plus d'une assurance groupe et d'un revenu garanti pour compenser le manque à gagner si je tombais malade plus de 30 jours en me retruvant dans le régime "60% du salaire brut après 1 mois de maladie. En conséquence, je conservais un salaire largement supérieur à celui du public, même en étant malade. Après plus de 22 ans dans le privé, j'ai eu un burnout et je suis devenu incapable de continuer à travailler 60H à 70 H par semaine. J'ai donc opté pour le public en voyant mon salaire de 150.000 BEF/NETS/MOIS avec tous les les avantages inhérents au secteur privé tomber à 42000 BEF/NETS/MOIS... Le Gouvernement actuel joue avec l'incapacité de certains à raisonner de manière sereine et lucide sans haine et acrimonie. Je lis beaucoup de bonnes réactions mais aussi énormément d'incohérence dans les postes suite à cet article. Depuis l'ère Michel, on ne fait qu'opposer les gens les uns contre les autres: les Belges contre les étrangers, les travailleurs contre les chômeurs, les biens portants contre les malades, les travailleurs du Public contre ceux du Privé... et on y arrive car chacun connaît au moins UN malade qui profite de la situation, UN chômeur qui profite de la situation, etc. mais il serait utile de voir la situation dans son ensemble. Personnellement, je sais que je suis taxé à +/- 50 % pour une salaire de +/- 50000 € BRUTS/ ANS et je sais que je connais au moins MILLE "capitalistes" qui peuvent revendre leurs actions du jour au lendemain en faisant une plus value de 50000 € nets qui sera taxée à ZERO pour cent!

  • Posté par Roland MARTIN, mardi 7 août 2018, 8:50

    Cher Monsieur, en retournant dans le "Public" après un burn-out comme vous l'avez écrit, vous admettez implicitement qu'il vaut mieux travailler moins tout en gagnant moins. C'est un choix que chacun tente de justifier plus ou moins bien. Après une dizaine d'années de travail dans le secteur privé ma santé était réellement devenue précaire - j'avais 39 ans - je n'ai pas opté pour un job dans le "Public": j'ai lancé mon entreprise. Plusieurs mois sans salaire avant d'en gagner un petit (ma femme travaillait à mi-temps), des gosses et surtout la volonté de ne pas capituler mais bien d'avancer. Plus de 20 ans déjà et sans regret avec des résultats dépassant mes aspirations. Quant à votre histoire de capitalistes actionnaires, je connais bien pire et par centaines: des politiciens qui touchent de plantureux revenus sans même participer à des réunions de travail, et il s'agit bien d'argent "Public", celui des contribuables.

  • Posté par Gilissen Philippe, dimanche 29 juillet 2018, 14:07

    ok avec votre analyse.

  • Posté par Lambert Charles, samedi 28 juillet 2018, 10:59

    Pensionné depuis quelques années, je ne suis peut-être plus au fait de la législation en matière de maladie. A ma connaissance, on n'a droit à aucun jour de maladie dans le privé. Un employé malade perçoit son salaire de l'employeur pendant le premier mois et est ensuite payé par la mutuelle à hauteur de 60% de son salaire, ce qui n'incite pas à tirer sur la ficelle. Je trouve ahurissant que des fonctionnaires puissent cumuler des jours de "maladie" pour profiter de longues vacances avant la retraite effective et ce, en pètant de santé! Le problème des certificats médicaux de complaisance est aussi à résoudre!

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Budget: la Wallonie attend la sanction de Moody’s

L’an dernier, l’agence de notation avait dégradé l’appréciation de la Région juste avant les débats budgétaires. Cette fois, la note se fait attendre. Suspense : le déficit est revu à la baisse, mais la dette continue de s’accroître.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs