Grève sauvage au Tec Liège-Verviers: les chauffeurs devraient reprendre le travail samedi

Edition numérique des abonnés

Une réunion entre la direction et les syndicats du Tec Liège-Verviers s’est tenue vendredi matin, à la suite d’une grève sauvage initiée par les chauffeurs de bus, a indiqué en début d’après-midi la porte-parole de la société publique de transport de la Région wallonne. Si à 13h, aucun accord n’avait encore été trouvé par les deux parties, les conducteurs devraient reprendre le travail dès samedi.

Après des incidents survenus jeudi en raison de la forte vague de chaleur qui touche la Belgique, les chauffeurs de bus du Tec Liège-Verviers ont décidé de faire grève. Les travailleurs aimeraient pouvoir rouler dans des véhicules disposant de climatisation.

Même si 162 nouveaux bus climatisés ont été commandés et qu’une vingtaine opère déjà, le parc automobile du Tec Liège-Verviers compte 10 à 15 % de véhicules sans climatisation. C’est pourquoi la CGSP s’est rendue vendredi sur le site du dépôt de Robermont, soit le plus important de la région, pour installer un piquet de grève.

A la suite de ce mouvement, une réunion a rapidement été organisée entre les syndicats et les responsables de la société. Une rencontre qui n’a finalement pas été très concluante. « Pour l’instant, aucun accord n’a été trouvé entre la direction et les syndicats », a déclaré en début d’après-midi Carine Zanella, la porte-parole du Tec Liège-Verviers. « Les discussions doivent encore continuer. »

Celles-ci devraient d’ailleurs se poursuivre une bonne partie de la journée. Toutefois, il semblerait qu’une décision aurait déjà été prise concernant les travailleurs du TEC. «  Même si rien n’est encore officiel, les chauffeurs de bus devraient normalement reprendre le travail dès ce samedi », a précisé Carine Zanella.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Par défaut, Netflix lance le prochain épisode automatiquement. Un bel exemple de design pensé pour scotcher l’internaute  à son écran.

    Comment les sites web manipulent l’internaute par leur design

  2. CLIMATE STUDENTS PROTEST ACTION THURSDAY

    A l’école ou dans la rue, le climat n’a pas d’âge

  3. Si Olivier Chastel est plus prudent, Charles Michel laisse entrevoir une potentielle coalition MR-Ecolo-CDH.

    Charles Michel charge «l’axe du shutdown N-VA-PS» et esquisse la «namuroise»

Chroniques
  • Le renvoi vers l’école

    Avec la montée des inquiétudes face à l’essor des fake news, une idée revient en boucle : il faut que l’école s’empare de cette question. Il faut que des cours d’éducation aux médias soient organisés dans tous les établissements scolaires, qui permettent aux élèves de distinguer entre des informations et des rumeurs, entre un travail de journaliste et une stratégie de propagande, entre la fabrique du vrai et la fabrique du faux.

    L’idée est bonne, et elle n’est d’ailleurs pas neuve : il y a quelques dizaines d’années, on faisait la même proposition pour lutter contre l’influence croissante du marketing et de la publicité. Cette démarche paraît tellement naturelle qu’on l’applique – ou qu’on demande de l’appliquer – à bien d’autres enjeux. L’école doit...

    Lire la suite

  • Le retour de la mythique «armée européenne»

    La signature du nouveau traité d’amitié franco-allemand, mardi, dans l’hôtel de ville d’Aix-la-Chapelle sous la figure tutélaire de Charlemagne, a fait une nouvelle fois remonter à la surface le thème de l’« armée européenne ». C’est « une contribution à la création d’une armée européenne », a dit la chancelière Merkel. « Construisons une vraie armée européenne », a exhorté le président Macron.

    Le « couple » est récidiviste. Le président de la...

    Lire la suite