Tour de France: frayeur pour un coureur... sans freins pendant 11 kilomètres

Tour de France: frayeur pour un coureur... sans freins pendant 11 kilomètres
Photo News

«  L e parcours est dangereux », ont indiqué plusieurs coureurs après avoir terminé le contre-la-montre individuel de 31 km, comptant comme 20e étape du Tour de France, samedi.

Chez Wanty-Groupe Gobert, le Français Yoann Offredo a expliqué devant les caméras de France Télévisions qu’il avait dû accomplir les 11 derniers kilomètres sans freins. «  Ils ne marchaient plus, je devais crier aux gens de s’écarter dans la descente. » Lorsqu’on lui a demandé s’il ne pouvait pas changer de vélo, le Français a répondu : «  pas de commentaire ».

En raison de la pluie, les routes entre Saint-Pée-Sur-Nivelle et Espelette sont humides. «  Le parcours est dangereux, je n’ai pas pris trop de risques », a expliqué Timothy Dupont. «  Surtout dans la descente c’était dangereux. Je veux sprinter à Paris, donc je n’ai pas plaisanté ici. »

«  C’est vraiment un parcours difficile », a confié Jasper De Buyst. «  Dans les cinq à six premiers kilomètres, ce n’est jamais plat, tu dois continuellement chercher ton rythme. Après tu peux prendre de la vitesse, et à la fin, il y a cette montée finale très difficile. Ce sera un duel entre Tom Dumoulin et Primoz Roglic. »

Amund Groendahl Jansen pense que le parcours convient à son équipier Roglic. «  C’est un parcours parfait pour lui, il peut certainement viser la deuxième place du général s’il est bien. »

«  C’est vraiment un parcours difficile », estime Guillaume Van Keirsbulck. «  Beaucoup plus dur que celui de l’an passé à Marseille. Je ne savais pas à quoi m’attendre, car je n’ai pas reconnu le parcours. C’était un peu comme rouler les yeux fermés et je devais complètement me baser sur les commentaires d’Hilaire (Van der Schueren, le directeur sportif de Wanty-Groupe Gobert). »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. j-accuse.20191101014130 (1)

    Jean Dujardin au «Soir»: «C’est très français, la xénophobie»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite