Décès du trompettiste Tomasz Stanko, précurseur du free jazz

© Reuters
© Reuters

Trompettiste virtuose et précurseur du free jazz en Europe dans les années 1970, le Polonais Tomasz Stanko est décédé dimanche à 76 ans, a annoncé la radio publique polonaise en citant la fille de l’artiste.

A partir de la fin des années 1950, Stanko avait sillonné les scènes, d’abord en Pologne puis à travers le monde, à la recherche de nouvelles inspirations et langages musicaux.

Maître dans l’art de la ballade, ce trompettiste avait développé une esthétique entre tradition bebop, dérapages free et musique contemporaine improvisée.

Ses performances aux côtés d’autres géants du jazz mondial, et sa quarantaine de disques, notamment pour le label allemand prestigieux ECM dont il fut l’un des piliers, lui ont valu de très nombreux prix et récompenses tant aux Etats-Unis qu’en Europe.

Il fut le premier lauréat du Prix européen du jazz de l’Austrian Music Office en 2002. L’Académie française du jazz le récompensa en 2013 du Prix du Musicien Européen.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chef de la Défense, le général Marc Compernol est confronté à un énorme problème de recrutement depuis plusieurs années.

    Le général Compernol, chef de la Défense: «On a un énorme problème. Beaucoup de gens quittent l’armée»

  2. © Belga

    L’épidémie de grippe frappe à nos portes, que faire?

  3. Mehdi Nemmouche a renvoyé à plus tard les réponses aux questions posées par la présidente Massart.

    Nemmouche, le procrastinateur, s’énerve et réserve ses réponses

Chroniques
  • Le renvoi vers l’école

    Avec la montée des inquiétudes face à l’essor des fake news, une idée revient en boucle : il faut que l’école s’empare de cette question. Il faut que des cours d’éducation aux médias soient organisés dans tous les établissements scolaires, qui permettent aux élèves de distinguer entre des informations et des rumeurs, entre un travail de journaliste et une stratégie de propagande, entre la fabrique du vrai et la fabrique du faux.

    L’idée est bonne, et elle n’est d’ailleurs pas neuve : il y a quelques dizaines d’années, on faisait la même proposition pour lutter contre l’influence croissante du marketing et de la publicité. Cette démarche paraît tellement naturelle qu’on l’applique – ou qu’on demande de l’appliquer – à bien d’autres enjeux. L’école doit...

    Lire la suite