Décès du trompettiste Tomasz Stanko, précurseur du free jazz

© Reuters
© Reuters

Trompettiste virtuose et précurseur du free jazz en Europe dans les années 1970, le Polonais Tomasz Stanko est décédé dimanche à 76 ans, a annoncé la radio publique polonaise en citant la fille de l’artiste.

A partir de la fin des années 1950, Stanko avait sillonné les scènes, d’abord en Pologne puis à travers le monde, à la recherche de nouvelles inspirations et langages musicaux.

Maître dans l’art de la ballade, ce trompettiste avait développé une esthétique entre tradition bebop, dérapages free et musique contemporaine improvisée.

Ses performances aux côtés d’autres géants du jazz mondial, et sa quarantaine de disques, notamment pour le label allemand prestigieux ECM dont il fut l’un des piliers, lui ont valu de très nombreux prix et récompenses tant aux Etats-Unis qu’en Europe.

Il fut le premier lauréat du Prix européen du jazz de l’Austrian Music Office en 2002. L’Académie française du jazz le récompensa en 2013 du Prix du Musicien Européen.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. D’après l’enquête réalisée sur base volontaire sur Facebook, le jeune manifestant est un garçon ou une fille de 17 ans et demi qui étudie dans le secondaire.

    Les filles et les mecs à égalité devant le climat

  2. Les grains de sable ont commencé à gripper la mécanique de Félix Tshisekedi.

    Pour Félix Tshisekedi, l’état de grâce est déjà terminé

  3. Des employés de Goods to give trient les produits qu’ils viennent de réceptionner d’entreprises.

    La TVA sur les dons d’invendus non alimentaires bientôt supprimée

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite

  • Une économie de rente au bénéfice d’une minorité

    Les (très) grandes entreprises sont particulièrement généreuses avec leurs actionnaires. Depuis dix ans – depuis la Grande récession – les dividendes augmentent année après année (ou presque). L’an dernier, au plan mondial, ils ont atteint le niveau record de 1.370 milliards de dollars, soit près du double du montant distribué en 2009.

    De ce montant, Amérique du nord et Europe se taillent la part du lion, avec près de 70 % du total mondial. Et pourtant, les performances économiques, elles, ne...

    Lire la suite