Accueil Monde États-Unis

Taxes à l’importation: Trump et Juncker ont bien parlé de l’agriculture, assurent les États-Unis

Jean-claude Juncker, le président de la commission européenne a assuré vendredi que l’agriculture ne faisait pas partie du « deal ».

Temps de lecture: 2 min

Le président américain Donald Trump a bien discuté la semaine dernière des questions agricoles avec Jean-Claude Juncker, a affirmé dimanche le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, contredisant ainsi le président de la Commission européenne.

« J’étais dans la pièce et nous avons eu des conversations spécifiques sur l’agriculture et sur la nécessité d’abattre les barrières sur l’agriculture et de donner davantage d’opportunités à nos agriculteurs », a assuré M. Mnuchin sur la chaîne Fox News.

« Nous avons plus précisément parlé de soja, mais nous sommes tombés d’accord pour examiner les autres marchés », a-t-il ajouté. « Ce sera une part importante de tout accord auquel nous parviendrons ».

M. Trump avait affirmé jeudi devant des agriculteurs américains au lendemain de l’annonce d’une trêve dans les hostilités commerciales avec l’Europe : « Nous venons d’ouvrir l’Europe pour vous, agriculteurs ».

Mais vendredi, M. Juncker l’avait contredit : « L’agriculture est en dehors (du deal), sinon le deal aurait presque échoué ».

M. Juncker « a été très clair (…), nous ne négocions pas sur les produits agricoles, c’est hors du champ de discussion », avait indiqué auparavant une porte-parole de la Commission européenne, Mina Andreeva.

Armistice commercial

Alors qu’on lui demandait qui avait raison, la porte-parole européenne ou lui, M. Mnuchin a réaffirmé que l’agriculture faisait bien partie intégrante des discussions commerciales avec l’UE.

« Nous avons eu des discussions spécifiques sur le soja, c’était l’étape numéro un. Nous avons discuté d’autres secteurs et, je le répète, tout ceci fait partie de la négociation », a-t-il dit. « Nous voulons supprimer l’ensemble des tarifs douaniers. C’est ce sur quoi nous nous focalisons ».

Mercredi, MM. Trump et Juncker avaient conclu une sorte d’armistice commercial : tant que l’UE et les USA mènent des négociations, le président américain retire ses menaces de droits de douane sur les importations européennes automobiles aux États-Unis. En contrepartie, M. Juncker a promis de plus grandes importations de soja et de gaz liquéfié en Europe, en provenance de l’Amérique.

Pour M. Trump, il était particulièrement important d’obtenir des garanties des Européens sur le soja car les agriculteurs américains, soutiens traditionnels des républicains, ont perdu des débouchés à la suite du conflit commercial entre la Chine et les États-Unis.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

Sur le même sujet

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une