Accueil Monde Proche-Orient

Proche-Orient: Ahed Tamimi, une icône mais aussi désormais un leader

L’adolescente palestinienne de 17 ans vient de retrouver la liberté, après 8 mois passés dans une prison israélienne. Elle affirme vouloir continuer son combat contre l’occupation israélienne. Reportage.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Depuis Nabi Saleh,

Ce dimanche matin, le village de Nabi Saleh, en Cisjordanie occupée, est là pour accueillir son enfant. Aux cris de « Nous voulons vivre libres ! », Ahed Tamimi, traits tirés et quelques larmes sur les joues, est escortée jusqu’à la maison familiale par son père, Bassam, et sa mère, Nariman, elle aussi tout juste libérée, le visage soigneusement encadré par un foulard noir.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Capiaux Alain, lundi 30 juillet 2018, 9:25

    Vous omettez d écrire que cette Ahed fait partie d’une famille de terroristes. Sa tante a posé des bombes dans une pizzeria Sbaro à Jérusalem où il y a eu nombreuses victimes dont des enfants. Élevée dans la haine depuis sa petite enfance Ahed appelle a tuer des juifs « Votre Icône»

Aussi en Proche-Orient

Israël se dirige vers de nouvelles élections

Naftali Bennett et Yair Lapid, les deux leaders de la coalition au pouvoir depuis un an, ont annoncé vouloir dissoudre la Knesset. Ils cherchent une porte de sortie pour leur gouvernement, sans majorité depuis plusieurs semaines, au détriment de la stabilité du pays, qui vivra sa cinquième élection en moins de quatre ans.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs