Accueil Société

Le silence du vieil homme

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 10 min

Premier épisode : éclosion, scepticisme et solitude.

La jeune histoire du Web connaît, dès son point de départ, une première zone grise. Nous sommes en 1989. Dans l’enceinte du CERN, un campus international de 600 ha et de 6.000 chercheurs à quelques longueurs du lac Léman, Tim Berners-Lee, un ingénieur prodige de 34 ans, bel échalas au visage glabre et allongé, les traits fins, le menton fuyant, le crâne déjà dégarni, occupe un bureau sans âme dans le bâtiment 31 du département d’Informatique générale. Il faut emprunter la route Rutherford, encore en territoire français, et descendre la route Democrite, cette fois en territoire suisse, pour gagner le bureau de Robert Cailliau, dans le département de Physique expérimentale. Un trajet de 10 minutes de marche à l’orée des sommets enneigés du Haut-Jura que l’Anglais et le Belge effectueront à de nombreuses reprises au cours des années haletantes qui suivront.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs