Comprendre l’affaire Mawda en 5 points (vidéo)

Comprendre l’affaire Mawda en 5 points (vidéo)

Nouveau rebondissement dans l’affaire Mawda : le conducteur de la camionnette ou la fillette a trouvé la mort a été interpellé en Angleterre lundi. Voici quelques repères pour comprendre ce dossier.

-Dans la nuit du 16 au 17 mai, la police poursuit une camionnette au comportement suspect près de Mons. À son bord, une trentaine de migrants. Alors que les policiers tentaient de bloquer le véhicule, à hauteur de Maisières, dans le Hainaut, le chauffeur a poursuivi sa route, fonçant sur les forces de l’ordre qui ont ouvert le feu. Une petite fille Kurde de 2 ans, Mawda, est blessée à la tête par une balle perdue. Elle décède quelques instants plus tard dans l’ambulance.

-Plusieurs manifestations ont alors lieu dans le pays pour dénoncer la politique à l’encontre des migrants. La polémique fait rage au sein du gouvernement et dans la société civile.

-L’instruction judiciaire suit son cours. Le policier qui a tiré le coup de feu est identifié. Il se dit « défait et abattu ».

-Les funérailles de la victime ont lieu à Bruxelles le 30 mai. Plus de 1.500 personnes participent au cortège funéraire.

-Le 30 juillet, Het Laatste Nieuws révèle que le chauffeur de la camionnette a été interpellé la semaine passée en Angleterre. L’homme est un irakien de 25 ans. Son ADN correspond aux tissus retrouvés sur le volant ainsi que sur le levier de vitesse de la fourgonnette. Il avait pu prendre la fuite en se mêlant aux autres migrants après la course-poursuite. Il est soupçonné de trafic d’êtres humains. Le parquet de Mons a demandé son extradition.

>Comprendre l’affaire Mawda en vidéo :

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. © Mathieu Golinvaux.

    Arno à l’AB: un résumé parfait de ses 50 ans de carrière

La chronique
  • Les «informachins», Georges-Louis Bouchez et le prince Harry: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Ekaterini Sakellaropoulou

    Saluons ici comme il se doit la désignation par les députés du cru de la présidente de la Grèce. Une première dans un pays aux traditions très machistes, ont noté les observateurs de nombreux pays, dans le genre donneurs de leçons. On attend toujours la première présidente française ou américaine et chez nous, parlons-en : Sophie Wilmès se trouve bien dépourvue avec les affaires courantes.

    Christie Morreale

    Comme Ekaterini Sakellaropoulou, la socialiste wallonne fait avancer la cause des femmes. Voilà qu’on apprend en effet qu’elle a refusé une médaille de chevalier de l’Ordre de Léopold parce que la loi ne prévoit pas de distinguer une « chevalière », et que cela heurte ses convictions féministes. Pas mieux pour officier et officière ou...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite