Tomorrowland: festival d’arrestations administratives et judiciaires

©Belga
©Belga

Chargée d’assurer la sécurité du festival techno de Tomorrowland organisé ces deux derniers week-ends à Boom, la police y a réalisé de nombreuses arrestations, tant administratives que judiciaires, selon un bilan officiel fourni lundi.

63 revendeurs de drogues, de treize nationalités différentes, ont ainsi été interpellés, en flagrant délit, sur le site. Deux d’entre eux ont entre-temps déjà été déférés devant le juge d’instruction d’Anvers, qui les a placés sous mandat d’arrêt. Les 61 autres dealers ont immédiatement été évacués du site.

Par ailleurs, 430 festivaliers ont été trouvés en possession de drogues dans des quantités destinées à leur consommation personnelle. La police, le parquet et les organisateurs ayant décrété la tolérance zéro, la fête s’est également rapidement terminée pour ces personnes.

Taxis illégaux et pick-pockets

Les forces de l’ordre ont aussi fait la chasse aux pick-pockets durant l’événement. Trois hommes de 31, 34 et 42 ans ont ainsi été placés sous mandat dimanche par le juge d’instruction d’Anvers pour vol et association de malfaiteurs. La police enquête aussi toujours sur un vol présumé à l’aide d’un gaz lacrymogène survenu devant la scène principale durant le second week-end du festival. «  Différents suspects potentiels ont été identifiés, pour lesquels l’enquête est toujours en cours », indique la police.

Celle-ci a également procédé à pas moins de 193 arrestations administratives. Dans 95 % des cas, il s’agissait de personnes voulant pénétrer sur le site du festival sans ticket, ivres ou troublant l’ordre public. Vingt-et-un taxis illégaux ont aussi été saisis aux abords du site du festival.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Bruno d’Alimonte/Le Soir

    Didier Reynders exprime ses ambitions au «Soir»: «Le casting bleu est logique»

  2. D’après l’enquête réalisée sur base volontaire sur Facebook, le jeune manifestant est un garçon ou une fille de 17 ans et demi qui étudie dans le secondaire.

    Marche des jeunes pour le climat: les filles et les mecs à égalité

  3. Les présidents de 114 conférences épiscopales de tous les continents se retrouvent de jeudi à dimanche prochain au Vatican, à l’appel du pape François.

    Pédophilie: l’heure de vérité pour le Vatican

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite