Tomorrowland: festival d’arrestations administratives et judiciaires

©Belga
©Belga

Chargée d’assurer la sécurité du festival techno de Tomorrowland organisé ces deux derniers week-ends à Boom, la police y a réalisé de nombreuses arrestations, tant administratives que judiciaires, selon un bilan officiel fourni lundi.

63 revendeurs de drogues, de treize nationalités différentes, ont ainsi été interpellés, en flagrant délit, sur le site. Deux d’entre eux ont entre-temps déjà été déférés devant le juge d’instruction d’Anvers, qui les a placés sous mandat d’arrêt. Les 61 autres dealers ont immédiatement été évacués du site.

Par ailleurs, 430 festivaliers ont été trouvés en possession de drogues dans des quantités destinées à leur consommation personnelle. La police, le parquet et les organisateurs ayant décrété la tolérance zéro, la fête s’est également rapidement terminée pour ces personnes.

Taxis illégaux et pick-pockets

Les forces de l’ordre ont aussi fait la chasse aux pick-pockets durant l’événement. Trois hommes de 31, 34 et 42 ans ont ainsi été placés sous mandat dimanche par le juge d’instruction d’Anvers pour vol et association de malfaiteurs. La police enquête aussi toujours sur un vol présumé à l’aide d’un gaz lacrymogène survenu devant la scène principale durant le second week-end du festival. «  Différents suspects potentiels ont été identifiés, pour lesquels l’enquête est toujours en cours », indique la police.

Celle-ci a également procédé à pas moins de 193 arrestations administratives. Dans 95 % des cas, il s’agissait de personnes voulant pénétrer sur le site du festival sans ticket, ivres ou troublant l’ordre public. Vingt-et-un taxis illégaux ont aussi été saisis aux abords du site du festival.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    La taxe kilométrique, qui en veut?

  2. «
Die Welt
» a pu rencontrer à Moscou, dans une chambre d’hôtel, Edward Snowden, ancien espion et Américain sans passeport réfugié en Russie. L’homme a rendu publique en 2013 la surveillance de masse et globale des communications mise en place par les agences de renseignement américaines, la CIA et la National Security Agency NSA.

    Edward Snowden: «Je n’aurai plus jamais le contrôle de ce qui m’arrive»

  3. POLITICS ECOLO CHAIRMAN ELECTION

    Ecolo: les leçons du passé, pour éviter le ressac

La chronique
  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite