Accueil

Débat figé sur la période d’attente

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 2 min

C’est une obligation légale : un mois avant le début officiel des soldes (cet été, c’était le samedi 30 juin), les vendeurs de vêtements, de chaussures et de maroquinerie ont l’interdiction de vendre à perte et d’octroyer des réductions par article. Ils ont par contre le droit de pratiquer des promotions sous forme de ventes couplées, soit des réductions à l’achat de plusieurs produits. Et si la période d’attente venait à disparaître ? C’est ce que souhaite en tout cas l’Union des classes moyennes (UCM), répondant ainsi à la demande de la majorité de ses membres. « La période d’attente oblige en effet les commerçants indépendants à démarrer prématurément les soldes sous forme de ventes couplées pour suivre le mouvement des chaînes de magasins. Cela dénature les soldes, estime l’UCM, par la voix de Clarisse Ramakers, directrice de son centre d’études. C’est d’ailleurs ce qui explique le bilan plutôt mitigé des soldes de cet été. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs