Salaire des jeunes: les femmes défavorisées dès le début

Salaire des jeunes: les femmes défavorisées dès le début

C’est sans doute l’une de manifestations des pénuries de candidats qui frappent les métiers techniques qualifiés : un ouvrier débutant disposant d’un diplôme de l’enseignement secondaire supérieur ou d’un bachelier professionnel gagne environ 20 % de plus qu’un employé débutant du même niveau d’études qui commence sa carrière. C’est l’un des enseignements des calculs effectués par le secrétariat social Acerta, basé sur sa base de données de 40.000 employeurs (chiffres 2016).

En chiffres, l’ouvrier qualifié diplômé de l’enseignement secondaire supérieur gagnera en moyenne 2.364 euros bruts par mois, contre 1.962 pour l’employé. L’ouvrier titulaire d’un bac percevra en moyenne 2.767 euros, contre 2.272 pour l’employé aux mêmes qualifications.

Acerta s’est également intéressé au niveau de salaire des jeunes en début de carrière. En Belgique, un travailleur débutant gagne en moyenne 2.195 euros. Mais il y a de fortes disparités en fonction du niveau scolaire atteint. Ainsi, un travailleur titulaire d’un diplôme de l’enseignement secondaire inférieur gagne 1.830 euros, soit 16 % de moins que la moyenne. Avec un diplôme universitaire, le salaire atteint 2.426 euros soit 10 % de plus que la moyenne.

Les femmes défavorisées dès le début

Enfin, l’écart salarial en défaveur des femmes est perceptible dès le début de la carrière, sauf pour les employées diplômées du secondaire inférieur, qui gagnent plus que les hommes. Pour tous les autres niveaux de formation, les femmes gagnent moins. C’est pour les ouvriers issus de l’enseignement supérieur non universitaire que l’écart est le plus grand, et pour les universitaires qu’il est le plus réduit.

► Retrouvez nos offres pour trouver un premier emploi sur Références.be

Sur le même sujet
PolitiqueBelgique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. FILES-GERMANY-POLITICS-CABINET

    Présidence de la Commission européenne: le moment de vérité pour von der Leyen

  3. ©News

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Gouvernements escargots

    Cette semaine, si tout va bien, le nouveau gouvernement bruxellois devrait voir le jour. C’est une prouesse en soi : la formation de l’exécutif de la capitale aura nécessité l’accord de six formations politiques, trois francophones et trois néerlandophones, et, dans le débat politique belge, Bruxelles est une Région qui cristallise souvent les tensions entre les premiers et les seconds. Un vrai gouvernement belge, en quelque sorte. Oui, c’est possible. Les Bruxellois entendent depuis quelques jours déjà parler de mobilité, de logement...

    Lire la suite