Accueil Culture Livres

Chopin pour les émotifs anonymes

Dans cette histoire d’amour avec une prof de piano, Eric-Emmanuel Schmitt tombe dans le trop beau, trop suave, trop complaisant.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 2 min

La passion, c’est ce qui meut Eric-Emmanuel Schmitt, comme homme et comme écrivain. Celle de mieux connaître les hommes, le carrousel de leurs relations, l’amour, Dieu ou qui que ce soit. Celle de transcender ses questions, ses réflexions, ses aspirations en les écrivant. Cela donne L’Evangile selon Pilate, La part de l’autre, La nuit de feu. Mais la passion le transforme parfois étrangement en un observateur hyperémotif de l’humanité, et voilà Le poison d’amour, La femme au miroir. Ou, osons-le, celui-ci.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs