La chaleur en Arctique fait fondre le plus haut sommet suédois

©D.R.
©D.R.

En raison des records de chaleur en Arctique, le glacier qui recouvre le sommet sud du massif du Kebnekaise a perdu mercredi son statut de point culminant de Suède, selon une étude scientifique.

«  Je n’ai jamais observé autant de neige fondre dans la partie sud de ce massif que cet été », a déclaré Gunhild Ninis Rosqvist, professeur de géographie à l’université de Stockholm.

A la tête du centre de recherche de Tarfala situé à proximité du massif dans le cercle Arctique, Gunhild Ninis Rosqvist a pu mesurer la hauteur du sommet plusieurs années durant dans le cadre d’un projet de recherche sur le réchauffement climatique.

Quatre mètres en un mois

Selon le chercheur, le sommet sud a perdu quatre mètres de neige au cours du seul mois de juillet.

Les dernières mesures montraient que le sommet sud s’élevait à 2.097 mètres au-dessus du niveau de la mer et ne dépassait plus que de 20 centimètres le sommet nord (2096,8 mètres au-dessus du niveau de la mer). Or «  selon nos prévisions, le sommet sud sera moins élevé que le sommet nord à partir du 1er août », a indiqué M. Rosqvist.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20180712-GEM7C2 2018-07-12 15:33:02

    Catherine Fonck au «Soir»: «Je ne suis pas candidate à la présidence du CDH mais...»

  2. DRCONGO-VOTE-POLITICS

    Election en RDC: une officialisation des résultats qui ne résout rien

  3. En juillet 2018, les Etats-Unis et l’Union européenne soldaient leur conflit.

    Mi-mandat de Trump: l’Union européenne en deuil du «grand frère américain»

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite