Accueil Société

Cette violence raciste qui se libère depuis les attentats

Le 3 juillet dernier, l’attaque perpétrée contre une jeune musulmane à Anderlues avait suscité l’indignation collective. Loin d’être gratuit, cet acte serait représentatif de la violence raciste qui va crescendo depuis les attentats.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

C’était il y a tout juste un mois. Le 3 juillet, dans une ruelle d’Anderlues, deux hommes s’en étaient pris à une jeune musulmane de dix-neuf ans. Après avoir arraché son voile, le haut de ses vêtements et son soutien-gorge, ils l’avaient scarifiée à l’aide d’un objet pointu en la traitant de « sale Arabe ». Une attaque que le bourgmestre d’Anderlues, le socialiste Philippe Tison, continue de qualifier de « raciste », à défaut de tout indice attestant d’un autre mobile. Philippe Tison a rencontré la famille de la jeune fille qui reste traumatisée et s’abstient de tout contact avec la presse. Elle lui a confirmé que des insultes racistes ont bien été lancées par les agresseurs.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs