Accueil Belgique

De nombreuses maisons de repos doivent refuser de nouveaux pensionnaires

Les gestionnaires de maisons de repos ont appris à composer avec le manque de places

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 4 min

Les nouvelles chambres de la maison de repos La Closière à Wavre ont été inaugurées à l’hiver dernier. Les 13 places (154 plutôt que 141) qu’elles ont ajoutées aux capacités de l’établissement ont été vues comme une excellente nouvelle. « Même si l’augmentation est légère, elle a été bien accueillie par rapport à la demande que nous connaissons », commente rétrospectivement Nathalie Demortier, présidente du CPAS de Wavre.

Pour gérer les demandes, les responsables de la maison de repos procèdent à partir de listes : l’une dite « préventive », l’autre réputée « active ». La première s’enrichit des noms des personnes qui, à terme, se verraient bien intégrer l’établissement ; la seconde, des patronymes de celles qui, à plus brève échéance, souhaitent changer de milieu de vie. « Sur la première, cela va vous faire peur, il y a 255 noms, sur la seconde, il y en 96 », indique Nathalie Demortier.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs