Accueil Monde France

Un collectif féministe français s’insurge contre les cartes postales sexistes

L’association française Féministes Solidaires souhaite la disparition de ces cartes qu’elle juge d’un goût douteux.

Temps de lecture: 2 min

Même si les touristes s’en envoient de moins en moins, la carte postale reste assez populaire parmi les souvenirs de vacances. Elle permet d’avoir un petit bout de soleil pour un prix peu élevé. Sur ces morceaux de papier glacé figurent les spécialités culinaires du coin, les lieux incontournables de la région, de beaux paysages, agrémentés de petits dessins inoffensifs… ou de femmes dénudées, souvent dépourvues de visage, pour mieux mettre l’emphase sur d’autres parties de leur corps.

Ce sont ces dernières qui ont provoqué la colère de l’association Femmes Solidaires, association «  féministe, laïque et d’éducation populaire ». Dans un communiqué, elle dénonce la publication et la vente de ces cartes «  sexistes et parfois pornographiques  » qui entretiennent « une image dégradante des femmes » et une banalisation du viol.

Sur Twitter, le collectif publie une carte postale par jour, afin d’illustrer son propos.

Ces cartes se vendent, mais le marché reste très limité, selon les professionnels du secteur. Interpellés par la revendication de Femmes Solidaires, ils veulent relativiser les choses. « Ça fait des années qu’on n’en édite plus », déclare à l’AFP Yves Nicolet, gérant de l’éditeur Cellard basé près de Lyon. « C’est un marché très restreint », a également indiqué Eric Leconte, des éditions Valoire Estel, près de Blois, dans le Loir-et-Cher. Néanmoins, ils démentent le caractère sexiste de leurs produits.

Le tourisme comme prétexte

Pourtant, à la vue des cartes incriminées, recueillies par les militantes de l’association, le côté sexiste saute aux yeux, au-delà même du manque de finesse.

Et le côté touristique n’est utilisé que comme prétexte. « Parfois, à côté des images dénudées, on voit un monument emblématique de la ville ou simplement la localité. Mais ce qui est mis en avant, ce n’est pas la beauté des lieux ! », ironise Kévin Védie, porte-parole de l’association.« Ces cartes renforcent le stéréotype de la femme objet, sous prétexte de loisir et de divertissement ».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

Sur le même sujet

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une