Weinstein: la défense affaiblit le témoignage de la principale victime présumée

Weinstein: la défense affaiblit le témoignage de la principale victime présumée

Harvey Weinstein et la principale victime présumée du dossier qui lui a valu une inculpation ont entretenu une relation amoureuse suivie durant plusieurs années après les faits présumés, affirme la défense du producteur américain déchu, correspondances à l’appui.

Cette femme est la seule parmi les trois victimes présumées figurant dans l’acte d’accusation qui aurait été victime de viol, les deux autres ayant fait état d’agressions sexuelles. Selon son témoignage, les faits seraient intervenus en mars 2013.

Des extraits de correspondances

Vendredi, dans un recours en annulation de la procédure qui comprend plus de 150 pages, les avocats d’Harvey Weinstein ont produit de nombreux extraits de correspondances qui témoignent, selon eux, d’une relation amoureuse suivie, qui se serait prolongée au moins jusqu’en 2017.

Certains emails datent de quelques semaines seulement après les faits présumés et montrent que la victime a cherché, à de nombreuses reprises, à revoir Harvey Weinstein. « J’espère pouvoir te croiser aujourd’hui », « je peux déjeuner si tu as le temps » indiquent certains des messages.

La défense souligne que le ton employé par la victime présumée, dont le nom n’a pas été révélé publiquement, est « clairement chaleureux ». « Je t’aime, toujours. Mais je déteste avoir l’impression d’être un plan cul », écrit la femme dans un email daté du 8 février 2017.

Pour les avocats d’Harvey Weinstein, cette expression montre que la victime présumée « semble reconnaître la nature consensuelle et intime de sa relation avec M. Weinstein ».

Pour tenter d’affaiblir encore davantage l’acte d’accusation, la défense rappelle que les deux autres faits imputés à l’ex-magnat d’Hollywood remontent à 12 et 14 ans. Harvey Weinstein a été interpellé fin mai, huit mois après la publication des premières accusations de harcèlement sexuel, d’agressions sexuelles et de viol le visant. Il a été inculpé de viol, d’« acte sexuel forcé » et de fellation forcée, des faits passibles de la réclusion criminelle à perpétuité.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur sa plateforme, NowThis consacre une rubrique à «l’Amérique de Trump».

    NowThis, le «social media» qui défie Trump

  2. Quentin Dupieux résume le film pour Jean Dujardin
: «
Un homme s’en va, on ne sait pas pourquoi, il va acheter une veste et se retire dans les montagnes
».

    Jean Dujardin à propos du «Daim»: «On peut faire des films comme ça aussi en France»

  3. Jean-Marc Nollet.

    Elections 2019: une coalition minoritaire, pas forcément la solution la plus démocratique

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite