Les sociétés belges ont envoyé 129 milliards dans des paradis fiscaux en 2016

©D.R
©D.R

Les entreprises établies en Belgique ont déclaré au fisc belge 129 milliards d’euros de paiements vers des paradis fiscaux au cours de l’exercice d’imposition 2017 (revenus 2016), écrit samedi La Libre Belgique. C’est une augmentation de 57% par rapport aux 82 milliards déclarés l’année précédente.

Les sociétés qui versent au moins 100.000 euros dans des paradis fiscaux sont tenues de le mentionner au fisc belge - à l’exception des banques et des sociétés de Bourse. Une liste de 30 paradis fiscaux a été établie par les autorités. Cette dernière est assez limitative, car elle ne comprend pas le Panama, le Delaware, Singapour, Hong Kong, ou encore le Luxembourg.

Emirats arabes unis, paradis fiscal préféré des Belges

804 entreprises ont mentionné un paiement vers un paradis fiscal en 2016, soit 161 millions d’euros par entreprise en moyenne. Les Emirats arabes unis, dont font partie Dubaï et Abou Dabi, est le paradis fiscal qui attire le plus les entreprises belges : un montant total de 43,8 milliards d’euros a pris cette direction.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Borders
» au Public.

  2. Dominique Leroy, remerciée par le personnel de Proximus lors de son arrivée au siège de l’entreprise ce jeudi. Le parquet, lui, enquête.

    La sortie très chahutée de Dominique Leroy

  3. Pierre-Yves Dermagne

    Vente de Voo et de Win: l’Arc-en-ciel reprend le contrôle dans l’affaire Nethys

La chronique
  • Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

    La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

    Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et...

    Lire la suite