Chassé-croisé: plus de 700 km d’embouteillages recensés en France à la mi-journée

©AFP
©AFP

Les automobilistes affrontent samedi des conditions de circulation très difficiles pour le grand chassé-croisé de l’été entre juillettistes et aoûtiens, avec plus de 700 km de bouchons cumulés à la mi-journée et une situation encore compliquée par la canicule.

Le pic de bouchons «  a été atteint à 11h35 avec une valeur de 705 km au niveau de la France, dont 20 km en région parisienne », a indiqué Bison Futé dans un communiqué, précisant que la situation était conforme aux prévisions. Les difficultés avaient commencé tôt, notamment dans la vallée du Rhône, où plusieurs bouchons s’étaient formés dès l’aube sur l’autoroute du soleil (A7).

Les bouchons avaient «  trois heures d’avance cette année, se formant dès 4 heures du matin », a indiqué à l’AFP Michael Mahler, un responsable de Vinci autoroutes sur l’aire de Saint-Rambert-d’Albon (Drôme) sur l’A7. «  Les gens qui viennent de région parisienne sont partis de très bonne heure, ils ont modifié les habitudes pour partir plus tôt et passer moins de temps sous la chaleur. »

Les autoroutes en direction de l’Espagne étaient aussi fortement perturbées, en particulier l’A9 où il fallait 2h45 pour rallier la frontière depuis Narbonne au lieu de 50 minutes, en raison de bouchons cumulés de plus de 50 km.

Vigilance face aux fortes chaleurs

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a appelé à être particulièrement vigilants pendant ce chassé-croisé, à protéger les enfants et à prendre de l’eau. La vigilance orange canicule concerne un nombre record de 67 départements, et les températures resteront très chaudes. Seule la partie nord-ouest de l’Hexagone est épargnée.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. FILES-GERMANY-POLITICS-CABINET

    Présidence de la Commission européenne: le moment de vérité pour von der Leyen

  3. ©News

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite