Championnats européens: pour Nina Derwael, «le titre est encore plus beau que celui de l’an dernier» (vidéo)

Championnats européens: pour Nina Derwael, «le titre est encore plus beau que celui de l’an dernier» (vidéo)
Belga

Nina Derwael est désormais double championne d’Europe. Elle a enlevé une nouvelle couronne européenne aux barres asymétriques, dimanche après-midi lors des championnats d’Europe de gymnastique artistique de Glasgow. Elle était devenue la première gymnaste belge championne d’Europe à Cluj-Napoca, il y a quinze mois. Elle a recueilli 14.733 points et devancé dans l’ordre la Suédoise Jonna Adlerteg (14.533) et la Russe Angelina Melnikova (14.366). «  Ce titre est encore plus beau que celui de l’an dernier, je crois », a réagi l’intéressée.

«  Etre la favorite était plus difficile à vivre. J’ai changé un élément de mon programme en finale afin d’assurer. Comme mon niveau de difficulté était assez haut, je savais que si je réalisais un programme propre j’avais de bonnes chances. En revanche, ma médaille à la poutre était totalement inattendue », a ajouté Derwael.

Elle a en effet juste pris la 2e place à la poutre (13.600) derrière la Néerlandaise Sanne Wevers (13.900). «  J’ai eu juste le temps en quittant le podium où bien sûr j’ai chanté la Brabançonne, dont je connais toutes les paroles, de me reconcentrer avant la poutre. »

Pour son premier Euro, Maellysse Brassart a terminé 7e dans ce même exercice (12.266). « J’ai moins bien réalisé mes exercices gymniques, mais être en finale était déjà magnifique. Cela m’encourage pour l’avenir. »

Axelle Klinckaert a complété cette journée mémorable pour la gymnastique artistique belge. Elle est montée sur la 3e marche du podium dans l’exercice au sol (13.400), devancée par la Française Melanie De Jesus (13.766) et la Roumaine Denisa Golgota (13.600), les deux dernières concurrentes à se présenter.

« C’est une récompense après ma blessure au genou qui m’a handicapée presque deux ans. Je suis sur le bon chemin. J’ai encore fait quelques petites fautes. Mais aux championnats du monde (à Doha 25 octobre-3 novembre, ndlr), c’est surtout l’équipe qui va compter. »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite