Championnats européens: pour Nina Derwael, «le titre est encore plus beau que celui de l’an dernier» (vidéo)

Championnats européens: pour Nina Derwael, «le titre est encore plus beau que celui de l’an dernier» (vidéo)
Belga

Nina Derwael est désormais double championne d’Europe. Elle a enlevé une nouvelle couronne européenne aux barres asymétriques, dimanche après-midi lors des championnats d’Europe de gymnastique artistique de Glasgow. Elle était devenue la première gymnaste belge championne d’Europe à Cluj-Napoca, il y a quinze mois. Elle a recueilli 14.733 points et devancé dans l’ordre la Suédoise Jonna Adlerteg (14.533) et la Russe Angelina Melnikova (14.366). «  Ce titre est encore plus beau que celui de l’an dernier, je crois », a réagi l’intéressée.

«  Etre la favorite était plus difficile à vivre. J’ai changé un élément de mon programme en finale afin d’assurer. Comme mon niveau de difficulté était assez haut, je savais que si je réalisais un programme propre j’avais de bonnes chances. En revanche, ma médaille à la poutre était totalement inattendue », a ajouté Derwael.

Elle a en effet juste pris la 2e place à la poutre (13.600) derrière la Néerlandaise Sanne Wevers (13.900). «  J’ai eu juste le temps en quittant le podium où bien sûr j’ai chanté la Brabançonne, dont je connais toutes les paroles, de me reconcentrer avant la poutre. »

Pour son premier Euro, Maellysse Brassart a terminé 7e dans ce même exercice (12.266). « J’ai moins bien réalisé mes exercices gymniques, mais être en finale était déjà magnifique. Cela m’encourage pour l’avenir. »

Axelle Klinckaert a complété cette journée mémorable pour la gymnastique artistique belge. Elle est montée sur la 3e marche du podium dans l’exercice au sol (13.400), devancée par la Française Melanie De Jesus (13.766) et la Roumaine Denisa Golgota (13.600), les deux dernières concurrentes à se présenter.

« C’est une récompense après ma blessure au genou qui m’a handicapée presque deux ans. Je suis sur le bon chemin. J’ai encore fait quelques petites fautes. Mais aux championnats du monde (à Doha 25 octobre-3 novembre, ndlr), c’est surtout l’équipe qui va compter. »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite