Accueil Monde États-Unis

Trump admet que son fils a participé à une réunion pour obtenir des informations «sur une opposante» politique

Il affirme que c’est « totalement légal ».

Temps de lecture: 2 min

Donald Trump a admis dimanche que son fils avait rencontré une avocate russe «pour obtenir des informations» sur un opposant politique - probablement Hillary Clinton.

Dans un tweet, le président américain épingle sa cible favorite, les médias généralistes qualifiés de «fausses informations »: «Les ’Fake News’ rapportent, une pure invention, que je suis inquiet à propos de la réunion que mon merveilleux fils, Donald, a eu à la Trump Tower» en juin 2016.

«Il s’agissait d’une réunion pour obtenir des informations sur un(e) opposant(e), totalement légale et cela se fait tout le temps en politique, et ça n’a mené nulle part. Je n’en savais rien », affirme-t-il. C’est la première fois que le président républicain adresse aussi clairement et sans détour le contenu de la réunion.

D’autres personnes présentes

Lorsqu’un intermédiaire lui avait promis des informations compromettantes émanant du gouvernement russe sur Hillary Clinton, son fils, Donald Trump Jr. avait accepté avec enthousiasme de rencontrer l’avocate russe dans la tour Trump à Manhattan. L’avocate a plus tard nié avoir des liens avec le Kremlin.

Le gendre de Donald Trump, Jared Kushner, et son directeur de campagne de l’époque, Paul Manafort, étaient également présents. Ce dernier est actuellement en procès pour fraudes bancaires et fiscales, des faits mis au jour par le procureur spécial Robert Mueller au cours de son enquête sur l’ingérence russe et les soupçons de collusion entre l’équipe de campagne Trump et Moscou.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Bachelart Bernard, lundi 6 août 2018, 10:03

    Le journaliste peut-il nous dire s'il existe une loi américaine interdisant ce genre de chose ? Croit-il vraiment que cela ne se fait pas couramment dans le monde politique, en particulier US?

  • Posté par Grulois Stanislas, lundi 6 août 2018, 9:34

    Je croyais, peut-être naïvement, que ce terme d'opposant politique n'était utilisé qu'en dictature.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une