Le chef français Joël Robuchon est mort à 73 ans

Joël Robuchon, en 2015. ©Reuters
Joël Robuchon, en 2015. ©Reuters

Chef le plus étoilé au monde et « cuisinier du siècle » pour le guide Gault & Millau, le Français Joël Robuchon est décédé lundi à l’âge de 73 ans, quelques mois après la disparition d’un autre monument, Paul Bocuse.

«  Joël Robuchon, chef visionnaire et le plus étoilé au monde, nous quitte aujourd’hui. De Paris à Shanghai, son savoir-faire érigé en art a fait rayonner la gastronomie française et continuera d’inspirer la jeune génération de chefs  », a écrit sur Twitter le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, confirmant une information du Figaro.

Selon le Figaro, il est décédé à Genève, des suites d’un cancer.

«  Un des maîtres incontestés de la gastronomie mondiale vient de nous quitter  », a réagi sur son compte Twitter la chef étoilée Anne-Sophie Pic.

Le chef d’origine poitevine, fils de maçon, pensait d’abord entrer dans les ordres avant de devenir apprenti puis compagnon. Rapidement ses qualités en cuisine sont reconnues : il est sacré Meilleur Ouvrier de France en 1976, élu « chef de l’année » en 1987 puis « cuisinier du siècle » en 1990 pour le Gault & Millau.

En 2003, il crée un nouveau concept, « L’Atelier de Joel Robuchon » : le premier ouvre ses portes à Tokyo et simultanément à Paris. «  L’idée m’est venue dans les bars à tapas dont j’apprécie la convivialité. Je cherchais une formule où il puisse se passer quelque chose entre les clients et les cuisiniers  », expliquait le chef à l’Obs.

Le succès de cette formule l’a ensuite amené à décliner le concept sur tous les continents : Las Vegas en 2005, New York, Londres et Hong Kong en 2006 et Taipei en 2009…

«  Il y avait un style Robuchon  », a commenté lundi le journaliste culinaire Périco Légasse sur BFM TV tandis que la chef médiatique Ghislaine Arabian a estimé sur la même chaine qu’elle avait « l’impression de voir de la magie » quand Joël Robuchon était aux fourneaux.

Le plat signature de ce grand chef, qui a créé un empire financier, était pourtant une simple purée de pommes de terre montée au beurre.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Il y aura un décumul. Il n’y a personne qui sera bourgmestre et député chez nous, c’est très clair
», explique Olivier Maingain. © Dominique Duchesnes.

    Malgré le décumul, les bourgmestres Défi pourront se présenter aux régionales

  2. Dmitri Rybolovlev aux côtés du prince Albert dans la tribune de l’AS Monaco
: une proximité qui suscite des interrogations. © Reuters.

    Football Leaks: les amitiés suspectes du patron de l’AS Monaco dans la Principauté

  3. Le mot d’ordre des citoyens qui se sont mobilisés
: améliorer le pouvoir d’achat. Avec une pancarte au slogan explicite.

    «Stop aux taxes»: les gilets jaunes ont bloqué la raffinerie de Feluy

  • La vitalité civile, une ressource qu’il ne faut pas négliger

    Alors, Docteur ? Le diagnostic posé par la Fondation Roi Baudouin est sans appel : il n’y a jamais eu autant de collectifs citoyens en action. Près de 250 sont nés durant les deux années 2015-2016 sur lesquelles porte l’étude qu’il a réalisée. L’autre constat est tout autant sans appel : depuis la crise financière de 2008-2009, ce nombre ne cesse de croître. Faut-il s’en inquiéter ?

    Au contraire ! Que voilà une bonne nouvelle. Au sein de la société, des hommes et des femmes...

    Lire la suite