Le podcast polémique «The Alex Jones Show» banni par Itunes et Facebook

Le podcast polémique «The Alex Jones Show» banni par Itunes et Facebook

Les principaux réseaux sociaux commencent à réagir face à la diffusion des propos haineux et complotistes de l’Américain Alex Jones sur leurs plateformes.

Facebook tout d’abord, qui a retiré quatre pages du polémiste, pour violation des conditions d’utilisations. La firme de Mark Zuckerberg condamne une volonté de « glorifier la violence » et « d’utiliser un langage déshumanisant pour décrire des personnes transgenres, musulmanes et immigrées ». Chose importante : seul le langage utilisé par Alex Jones a poussé Facebook à agir, et non pas à cause des thèses en elles-mêmes.

Pour rappel, les « faits d’armes » les plus marquants d’Alex Jones ont consisté à dire que le 11 septembre était un complot du gouvernement américain ou encore que les enfants tués lors du massacre de Sandy Hook étaient des acteurs, niant ainsi la tuerie du 14 septembre 2012 qui a fait 28 morts, dont 20 enfants.

Un podcast persona non grata

Les plateformes de streaming ont également tapé du poing sur la table. Après Spotify le 3 août, c’est Apple qui a supprimé ce lundi la plupart de ses podcasts. La compagnie a déclaré au site Buzzfeed News  : « Nous ne tolérons pas les incitations à la haine, et avons des règles claires que les créateurs de contenu et les développeurs doivent respecter pour procurer un environnement sécurisé à tous les utilisateurs. Les podcasts violant ces règles sont supprimés, et ne sont plus trouvables ni téléchargeables ».

Du côté judiciaire, deux familles de victimes de la tuerie de Sandy Hook ont assigné Jones en justice, l’accusant d’avoir propagé ces théories pour accroître son audience et ses revenus. Ils lui réclament un minimum d’un million de dollars de dédommagement, pour harcèlement subi en conséquence des propos du texan.

L’intéressé n’a pas répondu aux sollicitations des journalistes, préférant s’exprimer via son compte Twitter et son site Internet.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les serres ne sont ouvertes que jusqu’au 10 mai prochain.

    Promenade royale au milieu des arbres bicentenaires

  2. Selon l’IAAF, qui s’appuie sur une étude scientifique indépendante, la surproduction de testostérone rendrait Semenya quasiment imbattable par ses collègues féminines.

    Caster Semenya est-elle trop rapide pour être une femme?

  3. Camille Pisani
: «
Je pense que la moitié de nos problèmes viennent des coupes budgétaires et l’autre moitié du fait qu’on ne peut pas agir d’initiative.
»

    Pisani: «Il faudrait refinancer l’Institut des sciences naturelles de 30%»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Un renouvellement électoral qui en appelle d’autres

    Un vent de changement semble soulever les feuillets des listes électorales. En l’espace de cinq ans, une législature, sept noms sur dix y ont été, en moyenne, biffés et remplacés par d’autres. Quand on observe les places « gagnantes », le chiffre est tout de suite moins impressionnant. A l’exception notable du PTB et de Défi, le renouvellement ne concerne plus qu’un candidat sur six, quand ce n’est pas un sur dix.

    ...

    Lire la suite