Accueil Monde

À Téhéran, le président Rohani se retrouve sans «plan B»…

Avec le retour des sanctions économiques américaines agressives, le président Hassan Rohani, modéré, se retrouve affaibli et sans solution commode.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Dans son bureau présidentiel, à Téhéran, Hassan Rohani passe des jours sombres ces derniers temps. Et le pire est sans doute à venir, avec la mise en œuvre effective de la première partie des sanctions américaines ce mardi 7 août. Depuis une semaine, des manifestations et des grèves éclatent dans de nombreuses villes d’Iran pour protester contre la cherté de la vie notamment due à la chute vertigineuse du rial, qui a perdu en six mois près de deux tiers de sa valeur face au dollar. L’ampleur des démonstrations de rue reste malaisée à apprécier car les médias ont été soumis à de sévères restrictions et les réseaux sociaux donnent des échos à la fiabilité aléatoire. Mais personne, au sommet de l’État, ne songerait à nier le mécontentement populaire.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs