Amsterdam veut réguler l’afflux de touristes dans son fameux Quartier rouge

Des milliers de personnes sont venues assister à la gay pride à Amsterdam début août ©Reuters
Des milliers de personnes sont venues assister à la gay pride à Amsterdam début août ©Reuters

Amsterdam va prendre de nouvelles mesures pour contenir la pression touristique dans son célèbre Quartier rouge, y compris en fermant des rues pour nettoyage et en régulant la foule, a annoncé la ville mardi. Cette annonce a été faite après que le délégué municipal aux droits a mis en garde contre la transformation du centre-ville en une « jungle » la nuit, la police étant dans l’impossibilité d’intervenir contre la criminalité et la violence.

«  Amsterdam va prendre de nouvelles mesures pour réduire la pression sur le centre-ville et pour améliorer l’accès au Wallen », a annoncé la municipalité dans un communiqué. Ce terme, qui signifie les berges des canaux en néerlandais, désigne le fameux Quartier rouge de la ville et ses prostituées derrière des vitrines.

18 millions de touristes par an

«  Quantité de détritus sont jetés dans les rues. C’est pourquoi des ’pauses de nettoyage’ vont être introduites pour certaines rues », a indiqué la capitale néerlandaise. «  Certaines parties du Wallen seront alors fermées au public pour bien nettoyer les rues », a-t-elle ajouté.

Amsterdam institue également un code couleur pour la densité de la foule, de vert à rouge. «  Si le code est rouge, des ’hôtes’ seront déployés et si nécessaire les rues seront fermées », indique la municipalité. Les « hôtes » sont des employés municipaux qui auront la charge de diriger les touristes vers des zones moins fréquentées et d’empêcher les incivilités.

Quelque 18 millions de touristes se rendent à Amsterdam chaque année, soit davantage que la population totale des Pays-Bas.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    La taxe kilométrique, qui en veut?

  2. «
Die Welt
» a pu rencontrer à Moscou, dans une chambre d’hôtel, Edward Snowden, ancien espion et Américain sans passeport réfugié en Russie. L’homme a rendu publique en 2013 la surveillance de masse et globale des communications mise en place par les agences de renseignement américaines, la CIA et la National Security Agency NSA.

    Edward Snowden: «Je n’aurai plus jamais le contrôle de ce qui m’arrive»

  3. POLITICS ECOLO CHAIRMAN ELECTION

    Ecolo: les leçons du passé, pour éviter le ressac

La chronique
  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite