Accueil Culture Scènes

Le Royal Festival de Spa, une cure d’antidépresseurs

Le Royal Festival nouvelle génération s’ouvrait mercredi à Spa avec deux créations décalées, « feel-good » et surprenantes qui donnent le ton de cet esprit éclectique et pétillant qu’entend insuffler Axel de Booseré. De l’art résolument vivant à retrouver ensuite à Liège et Bruxelles notamment.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

En apparence, rien n’a changé. Les vieilles demeures patriciennes s’accrochent toujours au flanc des collines spadoises ; l’eau coule toujours de source, paisiblement, sur les hauteurs des thermes ; au casino, les murmures se font feutrés. Bref, Spa n’est pas (encore) Tomorrowland ! Pourtant, si ce n’est pas le délire dans les rues, un agréable vent de renouveau soufflait mercredi soir dans les salles du Royal Festival de Spa pour les débuts de son nouveau directeur. Certes, la bouteille reste la même mais l’eau qu’elle recèle se fait plus pétillante tout en variant les saveurs : au-delà du théâtre, qui reste le cœur du festival, la cité thermale s’ouvre au cirque, au jeune public, à l’humour et à l’international (lire nos éditions précédentes).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs