Grève Ryanair: les pilotes belges demandent au pouvoir politique de mettre davantage la pression

Grève Ryanair: les pilotes belges demandent au pouvoir politique de mettre davantage la pression

Les autorités politiques belges et européennes devraient mettre davantage la pression ou user de leur influence sur la direction de Ryanair. C’est ce qu’a plaidé jeudi la Belgian Cockpit Association (BeCA), à la veille d’une grève des pilotes de l’entreprise irlandaise basés en Belgique. Les lettres que la commissaire européenne aux Affaires sociales Marianne Thyssen ou le ministre de l’Économie et de l’Emploi Kris Peeters ont envoyées à la compagnie aérienne à bas coûts ont un effet assez limité, constate ainsi cette organisation professionnelle.

Il y a, certes, des procédures en cours en Belgique, comme une investigation de l’auditorat du travail. Mais elles prennent du temps et sont parfois éloignées les unes des autres, explique le commandant Alain Vanalderweireldt, président de la BeCA.

« Nous nous sommes réunis deux fois en comité paritaire au SPF Emploi avec Ryanair, sans y avoir d’influence de la part des travaux de l’auditorat du travail », illustre-t-il, demandant dès lors plus d’impact des différentes instances impliquées.

« Déclarations pétaradantes »

A travers l’Europe, les salariés et leurs représentants demandent une application du droit national du travail et non de la seule législation irlandaise. Mais l’entreprise refuse d’entreprendre une telle démarche. « Nous n’avons pas vu d’ouverture de la direction en ce sens lors de nos réunions avec elle ces six derniers mois. Pour un pas en avant, nous en avons deux en arrière », déplore Alain Vanalderweireldt.

Il souhaite une intervention immédiate des autorités pour inciter Ryanair à avancer dans le bon sens, qui est « inéluctable », et reconnaître le droit du travail belge. « Il suffit de trois minutes à la compagnie pour ajouter une phrase stipulant cela dans leur contrat pour régler le conflit. »

Y aura-t-il une nouvelle grève des pilotes dans les jours et semaines à venir ? « Tout dépend de la réaction de la compagnie », répond le président de la BeCA, qui rappelle l’épisode de lettres de ’no show’ après la grève du personnel de cabine fin juillet. « On espère une ouverture après l’action de vendredi. On attend des portes ouvertes et non des déclarations pétaradantes. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Didier Reynders entend suivre la position de longue date de la Belgique
: motus.

    Armes nucléaires: Reynders confirme qu’il ne confirme pas

  2. Les ministres des finances des sept plus grandes puissances (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) se sont réunis ces 17 et 18 juillet à Chantilly (France).

    G7: les Européens cèdent du terrain sur la taxe Gafa

  3. d-20190501-3TNP55 2019-05-01 18:55:26

    La Belgique, terre promise de la radio 2.0

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite