Accises sur le tabac: le prix d’un paquet décortiqué

Accises sur le tabac: le prix d’un paquet décortiqué
© Eric Lalmand - Belga

Les accises sur le tabac apportent une manne financière non négligeable. En 2017, c’est environ 2.25 milliards d’euros qui ont atterri dans les poches de l’État. Des revenus qui pourraient bien évoluer avec la nouvelle réforme du gouvernement. En attendant, voyons en détail comment le Service Public Fédéral Finances procède à ses prélèvements.

Partons d’un paquet de tabac vendu 6 €. Dans ces 6 € se trouve la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA). Ici à 17 %, elle sera donc de 1.04 €.

La première accise prend en compte le prix total du paquet, c’est l’accise « ad valorem ». En 2014, son taux était de 50,41 %, soit un peu plus de la moitié du prix du paquet (3.03 €). Ce taux est défini d’un commun accord avec le Luxembourg

La seconde accise est forfaitaire par cigarette. Deux différentes se superposent : l’une est également établie d’un commun accord avec le Luxembourg, l’autre est décidée par la Belgique seule. Pour l’année 2014, comptez 47 centimes pour le paquet de 20.

Si l’on additionne le tout cela fait 4.54 € qui sont prélevés sur le paquet. Un peu plus des trois quarts du prix affiché en librairie donc. Reste les 1.46 € au cigarettier pour la production,

En 2018, les chiffres ont légèrement évolué. En mettant de côté la TVA, on observe une diminution du taux ad valorem passé à 40.04 % au profit de taux spécifique, qui passe à 1.29 € le paquet.

Cette évolution paraît anodine mais, en y regardant d’un peu plus près, elle semble beaucoup bénéficier aux marques les plus onéreuses.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron et Angela Merkel, deux «
petits
» du paysage politique international.

    Les secrets du langage du corps à l’usage des «petits»

  2. © Pierre-Yves Thienpont - Le Soir

    Grand Baromètre: Di Rupo, candidat Premier ministre préféré des francophones

  3. © D.R.

    #MaPremièreCampagne: Game of Belgium

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite