Accueil Opinions Chroniques

Le Pen, Sarkozy et Trump, fossoyeurs des mots

Vincent Engel analyse comment la perte de sens des mots affecte le débat public.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 9 min

Il ne s’agit pas de donner à Donald plus d’importance qu’il n’en a – et je ne parle pas du canard râleur créé par Disney, dont le langage est d’ailleurs plutôt incompréhensible – mais bien d’inscrire les frasques du candidat républicain aux élections présidentielles américaines dans une perspective plus large. Isolés, ses propos et ses déclarations n’auraient aucun intérêt ; ils en ont, par contre, lorsqu’on considère ce phénomène dans un processus déjà ancien, qui ne fait que s’amplifier, d’érosion et d’affaiblissement de la langue et des valeurs qu’elle nomme.

Pourquoi Trump représente une réelle menace

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Chroniques

Chronique Carta Academica: Romain Rolland était-il «poutiniste»?

Tous les samedis, « Le Soir » publie la chronique d’un ou plusieurs membres de Carta Academica. Cette semaine : l’homme de lettres, musicologue et internationaliste s’est fermement opposé au boycott des œuvres et des artistes allemands durant la Première Guerre mondiale. Son héritage spirituel ferait bien d’inspirer ceux qui, aujourd’hui, déprogramment les artistes russes.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs