Accueil Économie

Le patron de KBC: «Nos marges sur les crédits immobiliers ont atteint une limite»

Johan Thijs, patron de KBC, vante les mérites de son modèle de bancassureur. Mais pas à n’importe quel prix. Si le groupe souffre moins que certains concurrents de la baisse des marges d’intérêt, il fera preuve de prudence à l’avenir en ce qui concerne les crédits hypothécaires.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

Une demi-heure pour faire le tour de l’actualité bancaire, c’est peu. Mais Johan Thijs, patron du bancassureur flamand KBC et, également, président de Febelfin, fédération du secteur financier belge, est un bon pédagogue. Cela tombe bien les institutions financières belges font face à des défis multiples, la faute aux taux bas persistants et à une guerre commerciale qu’elles se livrent sur les crédits, immobiliers en particulier. KBC fidèle à son image assure être le bon élève prudent. Les chiffres présentés à l’occasion des résultats du deuxième trimestre le confirment.

Vos résultats sont bons, malgré des marges d’intérêts – principalement l’argent que rapportent les crédits à la banque – sous pression. Alors quel est le secret de KBC ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs