L’Allemagne lève l’interdiction de symboles nazis dans les jeux vidéo

Edition numérique des abonnés

Les jeux vidéo commercialisés en Allemagne pourront comporter des symboles et références aux nazis, à condition que leur présence n’ait pas d’objectif de propagande, a annoncé jeudi l’autorité allemande de régulation des jeux vidéo.

Jusqu’à présent, et contrairement au cinéma ou à d’autres représentations culturelles, les jeux vidéo devaient respecter un article du code pénal qui leur interdisait de montrer des symboles inconstitutionnels, notamment tout ce qui a trait à la période nazie.

Les croix gammées reproduites dans certains jeux, à l’instar de « Call of Duty » ou du plus récent « Wolfenstein II : The New Colossus » dans lequel les personnages nazis jouent un rôle central, étaient ainsi transformées en triangle dans la version germanique du jeu.

L’autorité de régulation allemande (USK) n’envisage cependant pas d’autorisation générale et donnera son accord au cas par cas pour savoir si la présence de tels symboles dans un jeu est « socialement appropriée ».

« L’adéquation sociale signifie que les symboles d’organisations anticonstitutionnelles peuvent être utilisés dans un titre, à condition que cela serve l’art ou la science, la représentation de l’actualité ou l’histoire », explique l’USK dans un communiqué.

Autorisation préalable

« En raison du changement de la conception juridique, des jeux qui passent en revue de manière critique les événements passés, peuvent se voir attribuer une approbation pour la première fois. Cette autorisation existe depuis longtemps pour les films, et à juste titre aujourd’hui aussi pour les jeux vidéo qui jouissent d’une liberté artistique », a estimé la représentante de l’institution, Elisabeth Secker.

En 2017 la sortie de « Wolfenstein II », un jeu dans lequel le joueur doit tuer des nazis, avait suscité un vif débat en Allemagne.

De nombreuses voix s’étaient élevées en criant à la censure car dans la version allemande du jeu, les symboles nazis avaient été modifiés ou parce que la moustache de Adolf Hitler avait été effacée.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Il y aura un décumul. Il n’y a personne qui sera bourgmestre et député chez nous, c’est très clair
», explique Olivier Maingain. © Dominique Duchesnes.

    Malgré le décumul, les bourgmestres Défi pourront se présenter aux régionales

  2. Dmitri Rybolovlev aux côtés du prince Albert dans la tribune de l’AS Monaco
: une proximité qui suscite des interrogations. © Reuters.

    Football Leaks: les amitiés suspectes du patron de l’AS Monaco dans la Principauté

  3. Le mot d’ordre des citoyens qui se sont mobilisés
: améliorer le pouvoir d’achat. Avec une pancarte au slogan explicite.

    «Stop aux taxes»: les gilets jaunes ont bloqué la raffinerie de Feluy

  • La vitalité civile, une ressource qu’il ne faut pas négliger

    Alors, Docteur ? Le diagnostic posé par la Fondation Roi Baudouin est sans appel : il n’y a jamais eu autant de collectifs citoyens en action. Près de 250 sont nés durant les deux années 2015-2016 sur lesquelles porte l’étude qu’il a réalisée. L’autre constat est tout autant sans appel : depuis la crise financière de 2008-2009, ce nombre ne cesse de croître. Faut-il s’en inquiéter ?

    Au contraire ! Que voilà une bonne nouvelle. Au sein de la société, des hommes et des femmes...

    Lire la suite