Championnats européens (gymnastique): deux Belges en finale par agrès

Belga
Belga

Collectivement, ils sont un peu en deçà de l’espoir qu’ils caressaient avant de pénétrer de l’amphithéâtre de Glasgow. Les gymnastes belges (Jonathan Vrolix, Maxime Gentges, Dennis Goossens, Luka Van den Keybus et Noah Kuavita) ont terminé 12es de la compétition par équipe, jeudi soir. Soit deux places derrière ce top 10 qu’ils espéraient en cas de bonne prestation d’ensemble (alors que la Russie, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Suisse, la Turquie, la France, l’Espagne et l’Italie se retrouveront ce samedi lors de l’interpays).

Mais quelques chutes, notamment de Maxime Gentges à la barre fixe ou de Luka Van den Keybus au sol, ont freiné un groupe qui semble toutefois sur le bon chemin, celui des JO de Tokyo, l’objectif ultime.

Deux gymnastes belges ont toutefois validé leur ticket pour les finales individuelles, prévues dimanche. Dennis Goossens a confirmé qu’il était bel et bien l’un des meilleurs spécialistes des anneaux. Finaliste à cet agrès lors des JO des Rio, le Lokerenois a terminé 5e de l’ensemble des compétiteurs (14.766) et jouera crânement sa chance en finale.

Bonheur pur également pour le champion de Belgique 2018 Noah Kuavita, à la barre fixe. Brillant 4e des 95 participants, l’Anversois est lui aussi convié à l’apothéose dominicale.

Pour rappel, en ce même antre de Glasgow, les filles avaient terminé 3es des qualifications interéquipes il y a une semaine, mais avaient préféré renoncer à la finale, pour préserver les énergies et l’intégrité physique du groupe. Elles avaient par contre composté quatre tickets pour les finales par engin. Au bout de l’effort, Nina Derwael (or aux barres asymétriques et argent à la poutre) et Axelle Klinckaert (bronze au sol) avaient apporté trois médailles à la Belgique.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite