Yémen: au moins 29 enfants tués dans une attaque contre un bus, les Etats-Unis demandent une enquête

Edition numérique des abonnés

Au moins 29 enfants ont été tués dans une attaque qui a visé jeudi un bus dans le nord du Yémen, a annoncé le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), la coalition sous commandement saoudien affirmant avoir mené une opération militaire « légitime » dans le secteur.

Un hôpital de la province de Saada soutenu par le CICR « a reçu les corps de 29 enfants âgés de moins de 15 ans et 48 blessés, dont 30 enfants », a annoncé l’organisation humanitaire sur son compte Twitter, sans donner de détails sur la nature de l’attaque.

Un porte-parole du CICR dans la capitale yéménite Sanaa, sous contrôle des rebelles Houthis, a précisé à l’AFP qu’il ne s’agissait pas là d’un bilan définitif de l’attaque, puisque les victimes ont été transportées vers plusieurs hôpitaux.

« Selon le droit humanitaire international, les civils doivent être protégés durant les conflits », a souligné le CICR.

« De nouveau, de nombreux enfants auraient été tués ou blessés lorsqu’un bus scolaire a été attaqué dans le nord du Yémen. Tous ces enfants auraient moins de 15 ans. Est-ce que le monde a vraiment besoin de voir davantage d’enfants innocents tués pour arrêter la guerre cruelle au Yémen ? », a réagi le directeur du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) pour le Moyen-Orient, Geert Cappelaere.

« Enquête approfondie »

Les États-Unis ont demandé une enquête « approfondie ». « Nous sommes très préoccupés par les informations (…) sur une attaque ayant causé la mort de civils », a déclaré Heather Nauert, porte-parole du département d’État.

« Nous appelons la coalition dirigée par l’Arabie saoudite à mener une enquête approfondie et transparente sur cet incident », a-t-elle ajouté.

La coalition dirigée par l’Arabie saoudite, qui intervient au Yémen en soutien aux forces du président Abd Rabbo Mansour Hadi, a qualifié l’attaque qu’elle a menée d’« opération militaire légitime ». Elle n’a pas précisé la nature de l’attaque et n’a pas dit avoir visé un bus transportant des enfants.

« L’attaque qui s’est produite aujourd’hui dans la province de Saada est une opération militaire légitime contre des éléments qui ont (…) tiré la nuit dernière un missile contre la ville (saoudienne) de Jizane, faisant un mort et des blessés parmi les civils », a indiqué la coalition dans un communiqué.

La guerre au Yémen a fait plus de 10.000 morts depuis l’intervention de la coalition en mars 2015 et provoqué « la pire crise humanitaire » au monde, selon l’ONU.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Didier Gosuin ne sera donc jamais ministre-président bruxellois.

    Didier Gosuin au «Soir»: «Je ne me présente pas aux élections régionales»

  2. © AFP

    Brexit: l’espoir d’une mince renégociation

  3. Entre l’ULB et l’Ihecs, outre l’organisation et la rationalisation des études, il y a des dizaines de dossiers à régler
: partage du patrimoine, reprise des pertes et profits, répartition des subventions, transfert du personnel, toilettage des statuts et barèmes…

    L’incertitude plane sur les fusions dans l’enseignement supérieur

Chroniques
  • «Les grands maux commencent par des mots»

    Pour les historiens de la Seconde Guerre mondiale, l’année 2019 sera faste, avec les commémorations du débarquement en Normandie, de la libération de la France et de la Belgique, et de la bataille des Ardennes. Déjà, les livres s’accumulent sur les tables des librairies et, à la télévision, les programmateurs ressortent des tiroirs les immenses succès que furent les films Le Jour le plus long, Il faut sauver le soldat Ryan et la série Frères d’armes.

    C’est comme si on entendait à nouveau la voix du général de Gaulle, le 25 août 1944 à l’hôtel de Ville de Paris, clamant devant une foule en liesse. «  Nous sommes ici chez nous dans Paris levé. Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé, mais Paris libéré !  ». Ou l’annonce, vibrante, lyrique, de la libération de Bruxelles sur les ondes de la Radio nationale belge le 4 septembre 1944.

    Ce 75e anniversaire ne sera pas seulement un...

    Lire la suite

  • Brexit: c’est par où la sortie?

    Quelles que soient les erreurs européennes – et on ne peut douter qu’il y en a eu – dans la négociation de l’accord sur le Brexit, il est indéniable que c’est au Royaume-Uni que réside le problème nucléaire de cette affaire qui secoue l’Europe. La position dans laquelle ce pays et ses dirigeants se sont placés ressemble à ce sas de sous-marin qui peut ouvrir sur plusieurs issues. Alors que l’eau a déjà submergé la partie du vaisseau qu’ils viennent de quitter en refermant la porte étanche derrière eux, les membres d‘équipage se disputent...

    Lire la suite