Grève chez Ryanair: des pilotes organisent un sit-in à l’aéroport de Charleroi (vidéo)

Une trentaine de pilotes Ryanair ont rejoint vendredi matin à l’aéroport de Charleroi (BSCA) le sit-in organisé pour dénoncer l’attitude de la direction de la compagnie et son refus d’instaurer un dialogue social. D’autres pilotes et des membres du personnel de cabine sont attendus dans la matinée pour participer à l’action qui coïncide avec une nouvelle journée de grève organisée au sein du personnel de la compagnie irlandaise.

Invalid Scald ID.

«  Nous ne demandons pas d’augmentation salariale, mais l’application des législations nationales dans chaque pays où Ryanair opère, a indiqué un des pilotes présents. C’est une demande légitime. »

Pour le personnel basé à Charleroi, cette référence à la législation belge signifierait notamment la prise en compte de l’ancienneté et la possibilité d’indemnité de chômage. «  Aujourd’hui, on n’y a pas droit comme on dépend de la sécurité sociale irlandaise », a expliqué un pilote. Selon lui, la compagnie est opposée à ce genre de concessions et s’en vante même auprès de ses investisseurs.

L’organisation d’un sit-in, le premier du genre pour le personnel de la compagnie basé à Charleroi, marque une évolution, selon Yves Lambot, permanent CNE. «  Le tournant dans notre mobilisation ? Je crois que ce sont les problèmes de planning que Ryanair nous a amputés à l’automne dernier. On veut véritablement que les choses changent avec l’instauration d’un véritable dialogue social », a indiqué un pilote.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus d’éclats de rire que de voix entre Maingain et Prévot.

    Le face-à-face: Maingain-Prévot, d’accord sur la Justice, moins sur Bruxelles

  2. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  3. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite