Mondiaux de voile: Emma Plasschaert championne du monde

Edition numérique des abonnés

Emma Plasschaert, qui possédait 11 points sur la Néerlandaise Marrit Bouwmeester, championne du monde en titre et championne olympique à Rio, avant la course aux médailles (qui rassemble les dix premières et où les points sont doublés) vendredi a assuré une place suffisante (la 5e juste derrière Marit Bouwmeester, 4e) dans le top 6 pour être couronnée.

La Néerlandaise est en argent. La Danoise Anne-Marie Rindom, 3e, complète le podium.

La jeune Ostendaise, 24 ans, numéro 1 mondiale, décroche son premier titre majeur dans un grand championnat poursuivant sur la lancée de sa victoire en finale de la Coupe du monde à Marseille le 10 juin dernier.

Emma Plasschaert avait terminé 2e de la manche de Miami en Coupe du monde en janvier et deuxième de la manche japonaise à Gamagori en ouverture en octobre dernier. Elle avait certes gagné deux fois la semaine olympique à Cadiz, compétition de moindre envergure, mais son succès marseillais était alors le plus important de sa carrière.

Ce titre mondial est encore d’une autre envergure et permet à la Belgique d’avoir déjà son billet pour les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. Plasschaert avait terminé 17e des Mondiaux l’an dernier à Medemblik aux Pays-Bas.

Emma Plasschaert prend la digne succession d’Evi Van Acker, qui elle n’a jamais réussi à être championne du monde. La Gantoise, 32 ans, fut vice-championne du monde l’an dernier avant de prendre sa retraite, elle qui fut 4e des Jeux Olympiques de Rio en 2016 et 3e des JO de Londres en 2012.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20170901-3GLDQ1 2018-08-29 16:10:37

    Fraude à la carte bancaire: 5 mythes associés au paiement sans contact démontés

  2. Pour les uns, le baptême est symbole de solidarité et pousse à se dépasser... D’autres y voient des humiliations vides de sens. © Thomas Van Ass.

    Les baptêmes estudiantins posent une fois encore question: «On est toujours à la limite»

  3. FRANCE-POLITICS_FUEL-BLOCKADES

    Les gilets jaunes au balcon d’Emmanuel Macron

  • Les «Gilets jaunes», un Mad Max finalement écologique

    La pollution nuit à l’homme et à son environnement. C’est un axiome.

    Or la voiture pollue. Et parce qu’elle pollue, tout doit être mis en œuvre pour que ses impacts négatifs soient réduits au maximum. Dans ce contexte, l’augmentation des accises sur les carburants est classiquement présentée comme un frein au gâchis environnemental.

    Cette évidence ne peut toutefois occulter les préoccupations des « gilets jaunes ». La hausse des taxes sur le diesel...

    Lire la suite