Des centaines de scientifiques belges publiés dans de «fausses revues»

Edition numérique des abonnés

Des centaines de chercheurs d’universités et d’instituts de recherche belges ont publié des études dans de célèbres « pseudo-revues scientifiques ». Leurs articles ont été publiés, généralement moyennant paiement, sans aucune évaluation fiable, révèle vendredi une enquête réalisée par le journal flamand De Morgen.

Pour réaliser son étude, De Morgen s’est appuyé sur les données du journal allemand Süddeutsche Zeitung ainsi que les chaînes allemandes Norddeutscher Rundfunk et WDR. Ceux-ci ont passé au crible plusieurs sites web douteux, tels que l’éditeur turc Waset et l’indien Omics, et ont relevé les noms et les institutions des auteurs de dizaines de milliers d’articles.

L’enquête du Morgen a montré que 1.294 scientifiques belges ont publié, depuis 2007, un total de 295 articles dans de fausses revues scientifiques. La publication d’un article dans une telle revue ne signifie pas nécessairement qu’il est vide de sens mais le problème ici posé est qu’il n’y a aucune évaluation fiable effectuée par les pairs (ou peer review selon l’expression anglophone couramment utilisée).

Listes blanches et noires

Parmi les universitaires belges dont des articles ont été publiés dans ce genre de revues figurent le philosophe médical Ignaas Devisch ainsi que le professeur émérite d’endocrinologie de Gand, Frank Comhaire. Les scientifiques doivent payer pour de telles publications ou reçoivent après publication une addition salée.

Toutes les universités flamandes sont concernées, selon De Morgen.

Dans une réaction, la Vrije Universiteit Brussel (VUB) promeut la mise en place de listes blanches et noires afin d’aiguiller les scientifiques vers des revues dignes de confiance.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Il y aura un décumul. Il n’y a personne qui sera bourgmestre et député chez nous, c’est très clair
», explique Olivier Maingain. © Dominique Duchesnes.

    Malgré le décumul, les bourgmestres Défi pourront se présenter aux régionales

  2. Dmitri Rybolovlev aux côtés du prince Albert dans la tribune de l’AS Monaco
: une proximité qui suscite des interrogations. © Reuters.

    Football Leaks: les amitiés suspectes du patron de l’AS Monaco dans la Principauté

  3. Le mot d’ordre des citoyens qui se sont mobilisés
: améliorer le pouvoir d’achat. Avec une pancarte au slogan explicite.

    «Stop aux taxes»: les gilets jaunes ont bloqué la raffinerie de Feluy

  • La vitalité civile, une ressource qu’il ne faut pas négliger

    Alors, Docteur ? Le diagnostic posé par la Fondation Roi Baudouin est sans appel : il n’y a jamais eu autant de collectifs citoyens en action. Près de 250 sont nés durant les deux années 2015-2016 sur lesquelles porte l’étude qu’il a réalisée. L’autre constat est tout autant sans appel : depuis la crise financière de 2008-2009, ce nombre ne cesse de croître. Faut-il s’en inquiéter ?

    Au contraire ! Que voilà une bonne nouvelle. Au sein de la société, des hommes et des femmes...

    Lire la suite