Agression d’un couple homosexuel à Gand: «J’ai de la chance d’être encore vivant», estime l’une des victimes

Edition numérique des abonnés

J ’ai de la chance d’être encore vivant », a estimé vendredi Mauro Padovani, l’un des deux hommes qui ont été victimes en début de semaine d’une agression dans la ville de Gand. «  J’espère que le juge qui devra bientôt se pencher sur notre cas s’en rendra compte », a-t-il ajouté, plusieurs jours après ces violences aux motivations potentiellement homophobes. A Gand, des centaines de personnes se sont rassemblées vendredi soir en signe de soutien au couple homosexuel agressé.

Mauro Padovani a témoigné vendredi de l’agression de lundi, dont son partenaire et lui-même ont été victimes. Montrant le sang sur le pantalon qu’il portait ce jour-là, il estime : « quand on frappe des homosexuels, nous saignons également ».

Peine double

Des représentants d’associations holebi (LGBTQI+) se sont ensuite exprimés. « Nous avons entendu beaucoup d’histoires », a relaté Jana Miah, de Casa Rosa. « Des histoires positives, de personnes heureuses de vivre en tant qu’holebi ou transgenre à Gand. Mais aussi des récits de personnes n’osant pas sortir en rue ou qui ne sont pas acceptées chez elles. C’est donc important d’être ici aujourd’hui, en tant que communauté. »

Si les intentions homophobes des deux agresseurs présumés, interpellés mardi, sont retenues, ceux-ci encourent une peine double.

Les autorités locales ont sévèrement condamné les incidents. « L’amour, c’est de l’amour, sans ambiguïté, ici à Gand », a rappelé l’échevin pour l’Égalité des Chances Resul Tapmaz (sp.a).

Élections communales 2018
 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Il y aura un décumul. Il n’y a personne qui sera bourgmestre et député chez nous, c’est très clair
», explique Olivier Maingain. © Dominique Duchesnes.

    Malgré le décumul, les bourgmestres Défi pourront se présenter aux régionales

  2. Dmitri Rybolovlev aux côtés du prince Albert dans la tribune de l’AS Monaco
: une proximité qui suscite des interrogations. © Reuters.

    Football Leaks: les amitiés suspectes du patron de l’AS Monaco dans la Principauté

  3. Le mot d’ordre des citoyens qui se sont mobilisés
: améliorer le pouvoir d’achat. Avec une pancarte au slogan explicite.

    «Stop aux taxes»: les gilets jaunes ont bloqué la raffinerie de Feluy

  • La vitalité civile, une ressource qu’il ne faut pas négliger

    Alors, Docteur ? Le diagnostic posé par la Fondation Roi Baudouin est sans appel : il n’y a jamais eu autant de collectifs citoyens en action. Près de 250 sont nés durant les deux années 2015-2016 sur lesquelles porte l’étude qu’il a réalisée. L’autre constat est tout autant sans appel : depuis la crise financière de 2008-2009, ce nombre ne cesse de croître. Faut-il s’en inquiéter ?

    Au contraire ! Que voilà une bonne nouvelle. Au sein de la société, des hommes et des femmes...

    Lire la suite