Accueil Culture Musiques

Lars Danielsson, nova d’une journée riche en étoiles au Gaume Jazz

Le festival de Rossignol a fait le plein samedi : public, ambiance, diversité, musiques formidables.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

Quand, peu avant 1 h du matin, dimanche matin déjà, le public est sorti du chapiteau où Black Flower avait jeté ses dernières notes incandescentes, il a admiré le ciel, constellé d’étoiles, la Grande Ourse juste au Nord, des leds partout. La journée de samedi fut comme ce ciel au Gaume Jazz : emplie de musiques lumineuses et de musiciens brillants. D’habitude, dans cet exercice de chronique d’un festival, je focalise sur l’un ou l’autre artiste, pour éviter de dresser un inventaire, une liste des courses en quelque sorte, qui ne pourrait être que fastidieux. Ici, je me permettrai de citer tous les artistes que j’ai vus et entendus (le programme est si riche et dispersé dans différents endroits qu’on ne peut pas assister à tout) : ils le méritent tous.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs