Mandanda après Charleroi-Anderlecht (1-2): «Sur le penalty injustement sifflé, c’est Dimata qui vient sur moi»

La faute sur le penalty © Belga
La faute sur le penalty © Belga

Les Carolos étaient frustrés à la fin de la rencontre perdue face à un Anderlecht qui a profité de deux de leurs erreurs. Baby était attristé, mais gardait la tête haute en interview d’après-match, conscient du bon match joué par les Zèbres. «  Il y a de la frustration ce soir. Mais on a fait un gros match. On méritait la victoire, on a eu les occasions. Le penalty est un fait de jeu et ça fait partie du foot. Ils rentrent aux vestiaires avec le 1-1, mais en deuxième mi-temps, on est revenus avec de bonnes intentions. Malheureusement, ça n’a pas payé. Sur mon occasion manquée, c’est le foot. Parfois ça rentre, parfois pas, ici je n’ai pas eu de chance. C’est dommage de perdre ce match car on a fait une grosse rencontre. On méritait la victoire. Mais on va devoir s’améliorer devant le but, car les occasions on les a eues.  »

Parfait Mandanda, le gardien des Zèbres, pestait contre la décision de l’arbitre de donner un penalty à Anderlecht en fin de première mi-temps. «  On n’a pas été récompensé de nos efforts ce soir. On savait qu’on pouvait gagner. Sur le penalty injustement sifflé, je ne vais pas au duel. C’est Dimata qui vient sur moi. Il me le dit lui-même à la fin du match.  »

Malgré ce fait de match, les Zèbres n’ont pas baissé les bras en deuxième période, ce que soulignait le portier. «  Ce fait de jeu ne nous a pas trotté dans la tête après la pause. On est revenu avec la hargne, mais on n’a pas converti les occasions que l’on s’est procurées pour revenir dans le match. Sur le but de Santini, il y a eu une erreur de communication entre mon défenseur et moi, l’attaquant en a profité. On ne s’est pas entendu quand on s’est parlé.  »

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Il y aura un décumul. Il n’y a personne qui sera bourgmestre et député chez nous, c’est très clair
», explique Olivier Maingain. © Dominique Duchesnes.

    Malgré le décumul, les bourgmestres Défi pourront se présenter aux régionales

  2. Dmitri Rybolovlev aux côtés du prince Albert dans la tribune de l’AS Monaco
: une proximité qui suscite des interrogations. © Reuters.

    Football Leaks: les amitiés suspectes du patron de l’AS Monaco dans la Principauté

  3. Le mot d’ordre des citoyens qui se sont mobilisés
: améliorer le pouvoir d’achat. Avec une pancarte au slogan explicite.

    «Stop aux taxes»: les gilets jaunes ont bloqué la raffinerie de Feluy

  • La vitalité civile, une ressource qu’il ne faut pas négliger

    Alors, Docteur ? Le diagnostic posé par la Fondation Roi Baudouin est sans appel : il n’y a jamais eu autant de collectifs citoyens en action. Près de 250 sont nés durant les deux années 2015-2016 sur lesquelles porte l’étude qu’il a réalisée. L’autre constat est tout autant sans appel : depuis la crise financière de 2008-2009, ce nombre ne cesse de croître. Faut-il s’en inquiéter ?

    Au contraire ! Que voilà une bonne nouvelle. Au sein de la société, des hommes et des femmes...

    Lire la suite